téléchargement

1 030,15 tonnes de riz pourri saisies

Au rythme où se suivent les saisies par la gendarmerie de riz impropre à la consommation, les goorgoorlus doivent bien s’inquiéter de ce qu’ils mangent. En effet après la saisie des 464,75 tonnes de riz « Rambo » impropre à la consommation humaine, opérée le 10 mars 2016 par les éléments de la Brigade de Gendarmerie de Thiaroye et les 22 262 tonnes de riz impropre saisies par la brigade de recherches, voilà qu’un stock de 1 030,15 tonnes de riz d’une valeur estimative de 226 633 000 francs Cfa dont les dates d’expiration sont très proches, a été saisi et placé sous scellé, révèle la gendarmerie. Les hommes en bleu renseignent que c’est le vendredi 22 avril 2016 que le Commandant de Brigade de la gendarmerie de Thiaroye a été saisi par ses collègues de Birkilane et de Kaffrine sur la commercialisation de 80 tonnes de sacs de riz « The Queen La Reine ».

Paradoxalement, disent-ils, ce riz présente les mêmes similitudes que le riz « Rambo » qui avait été saisi à l’ancienne usine de fabrication d’allumettes « Cafal ». Des renseignements recueillis auprès de ces commerçants à Birkilane et Kaffrine, les gendarmes ont pu établir que les sacs de riz proviennent d’un entrepôt sis au quartier Diaksao, dans le secteur de compétence de la Brigade de Thiaroye. Ils se déplacent sur les lieux pour découvrir dans l’entrepôt, des stocks de riz « The Queen La Reine », « Darou Salam » et « Dou doy ». Et vu les mauvaises conditions de stockage et de conservation du riz, de quelques sacs de riz ouverts qui sont impropres à vue d’œil, de par la qualité importante d’impuretés et une quantité importante de poussières sur les sacs, les gendarmes décident alors de saisir provisoirement les stocks de riz.

Ils sollicitent, en outre, le concours de l’Institut technologie alimentaire (Ita) pour procéder au contrôle de la qualité et fournir à l’issue un rapport d’analyse. Donc, le jeudi 19 mai 2016, les équipes techniques de l’Ita se sont attelées à la réalisation de ces prestations. Et le vendredi 20 mai 2016, les gendarmes ont reçu les rapports d’expertise et d’essai par le laboratoire, concluant à des présences de moisissures et de pathogènes, et d’insectes vivants. Ainsi les stocks de riz constitués de trois lots de riz indien 100% brisures ne sont pas conformes à toutes les exigences pour du riz destiné à la consommation humaine et présentent des risques sanitaires pour l’alimentation humaine. Après avoir saisi et placé sous scellés le stock, la gendarmerie est en pleine enquête surtout qu’elle a identifié les propriétaires de ce stock.

Voir aussi

telechargement-5

ÉRECTION D’UNE BUVETTE SUR LA CORNICHE Aby Ndour persiste, Atépa annonce une plainte…

Entre Aby Ndour et l’Association Sos Littoral, la guerre est à son paroxysme. Atépa a …