téléchargement (5)

10 ans de travaux forcés et une amende de 2 millions- Moussa Bass a été alpagué avec 78 képas d’héroïne

 Reconnu coupable de trafic de drogue, Moussa Bass a été condamné, hier, à 10 ans de travaux forcés. Il devra également payer une amende de 2 millions de nos francs. L’accusé avait été arrêté avec 78 képas d’héroïne. 

Une amende de 2 millions de nos francs et une peine de 10 ans de travaux forcés, telle est la décision rendue, hier, par le Président de la Chambre criminelle contre l’accusé Moussa Bass. Les faits remontent au mois de décembre 2010. Les éléments de la Division des investigations criminelles, informés d’un intense trafic d’héroïne, ont mis la main sur l’accusé, détenteur de 78 képas d’héroïne. Cuisiné, Moussa Bass reconnut les faits et sera placé sous mandat de dépôt, avant d’être renvoyé devant la Chambre criminelle pour jugement. A la barre de ladite juridiction, hier, l’accusé a narré être parti en Europe, à la recherche de travail, pour prendre en charge les besoins de sa famille. Cependant, il a été rapatrié à son pays natal et son père décédera quelques jours après son retour. Sous le choc, dit-il, il a commencé à consommer de la drogue, avant d’être conduit à en vendre. De 1991 à 2010, il en a tellement consommé qu’il est finalement devenu accroc. Mais, face au juge, il contestera la quantité d’héroïne qu’on lui prête avoir détenu. Ainsi, parlera-t-il de 26 képas d’héroïne au lieu des 78 avancés dans l’accusation.

«Je consomme chaque jour 6 képas d’héroïne. Mais, je ne suis pas un trafiquant. Je suis accroc. Si je ne prends pas de la drogue, je tombe malade. Je prenais même des comprimés pour me droguer, mais ces médicaments sont devenus rares. C‘est pourquoi j’utilise l’héroïne, pour me sentir bien dans ma peau», a-t-il expliqué. Dans son réquisitoire, l’avocat général a réitéré que l’accusé a été arrêté avec 78 képas d’héroïne. Poursuivant, le parquetier renseigne que cette quantité importante de drogue était destinée à la vente. Pour étayer ses propos, il indiquera que de l’argent a été trouvé sur l’accusé. Et, cet argent est le fruit de la drogue vendue. Selon le maître des poursuites, les faits sont constants et c’est pourquoi il a requis une peine d’emprisonnement de 15 ans de travaux forcés. Pour sa part, l’avocat de la défense a soutenu que l’accusé a laissé la drogue, à cause de sa longue détention. Ainsi, a-t-il plaidé l’application bienveillante de  loi. Lors de son délibéré, le Président de la chambre criminelle a condamné l’accusé à 10 ans de travaux et une amende de 2 millions d’amende.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …