Accueil / SOCIETE / 112 kg de drogue de synthèse saisis en 2015

112 kg de drogue de synthèse saisis en 2015

Le Sénégal a saisi entre janvier et février 2015, dans la région de Tambacounda au Sud-est du pays, précisément à Kidira et Koumpentoum, 122 kilogrammes (Kg) de méthamphétamine, une drogue de synthèse psycho-stimulante hautement addictive, en provenance du Mali, selon le Rapport 2015 de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (Oics) rendu public, mercredi.

« Les autorités sénégalaises ont signalé́ d’importantes saisies de stimulants de type amphétamine, notamment celle de 30 kg de méthamphétamine à Kidira, près de la frontière malienne, en janvier 2015, suivie d’une autre de 82 kg à Koumpentoum, en février 2015. Dans les deux cas, les drogues provenaient du Mali et avaient été́ cache-minées en contrebande depuis Bamako », indique le document. Selon le rapport, en novembre 2015, sur les gouvernements de 16 pays africains, 24 avaient retourné à l’Oics le formulaire D pour 2014 ; seuls 4 d’entre eux (Namibie, Sénégal, Zambie et Zimbabwe) avaient indiqué́ avoir saisi de petites quantités d’éphédrine (en vrac ou sous la forme de préparations pharmaceutiques), d’ergométrine, d’isosafrole et de permanganate de potassium. La majeure partie des saisies d’éphédrine (82 kg) a été́ signalée par le Sénégal. « Le fait que près de la moitié des usagers problématiques de drogues injectables aient des pratiques d’injection à risque contribue à faire augmenter l’incidence du VIH. (…) C’est le cas dans certains pays d’Afrique subsaharienne comme le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie et le Sénégal, où ces usagers utilisent souvent du matériel d’injection non stérile », lit-on dans le rapport. « Le Gouvernement sénégalais a amélioré́ la disponibilité́ et l’accessibilité́ des services de traitement et de prise en charge de la dépendance à la drogue fondée sur des traitements qui ont fait leurs preuves en ouvrant, en décembre 2014, le Centre de prise en charge intégrée des addictions de Dakar »,  ont constaté les experts de Oics dans le document. Installé dans les locaux de l’hôpital universitaire de la ville, le Centre propose également un programme d’entretien à la méthadone, des services de traitement de la dépendance à la drogue, des programmes de sensibilisation et des programmes de traitement de l’infection à VIH et des hépatites s’adressant aux usagers de drogues.

Share This:

À voir aussi

Listes électorales: Les plénipotentiaires convoqués vendredi à la Cena

La commission nationale électorale autonome (Cena), a réagi à l’appel lancé par le président Macky …