Adama-Bictogo

12 MILLIARDS DE DÉDOMMAGEMENT À BICTOGO ET DETTE NON SOLDÉE DE 3 MILLIARDS Colère noire des sociétés anglaise et américaine contre l’État

L’État du Sénégal vient d’allouer à la Société Nationale d’Édition et de Documentation Administrative (SNEDAI) que dirige l’Ivoirien Adama Bictogo, un dédommagement de 12 milliards de nos francs.
Une telle opération a eu lieu sans que cette société, selon nos sources, n’ait investi plus de 60 millions en matériels au Sénégal. Pis, Bictogo n’aurait pas rapporté la valeur d’un milliard à notre pays. En tout état de cause, un tel dédommagement devra normalement passer par l’Agent judiciaire de l’État (AJE), ce qui n’a pas été le cas. Qu’à cela ne tienne, ce qui reste préoccupant, c’est que les sociétés anglaises et américaines qui confectionnaient des cartes d’identité courent, depuis 2013, derrière une dette de l’État de 3 milliards, en vain. Aujourd’hui, ces sociétés ont alors adressé des correspondances au chef d’État via leurs ambassades respectives car l’Union européenne (Ue) aide beaucoup l’État du Sénégal. Une raison de plus qui fait que ces sociétés ne comptent pas se laisser faire. Elles veulent rencontrer immédiatement le chef de l’État.
Il s’y ajoute que le marché a été maintenant alloué à une société malaisienne pour un montant de 50 milliards. Ce qui augmentera le coût pour les Sénégalais. Au lieu de dépenser 2500 F Cfa, ils vont devoir maintenant débourser 5000 F Cfa. Alors qu’avec l’uniformisation, cela va coûter 2500 F Cfa dans toute la sous-région. Il s’y ajoute que c’est cette même société qui gérait les passeports. Ce qui pose vraisemblablement, un problème de sécurité car une même société détient, à elle seule, des données aussi sensibles. Il s’y ajoute qu’il n’y a pas d’appel d’offres. Tout a été fait selon la logique du gré à gré. Une nébuleuse qui commande aussi la collaboration avec Bictogo. Figurez-vous que cette société avait signé aussi avec l’État du Sénégal, pour un montant de 6 milliards F Cfa, un contrat de partenariat pour le projet de mise à niveau des services de l’administration territoriale et de Police dans le contexte d’insécurité sous-régionale.
Les sites à construire et à réhabiliter sont la Gouvernance de Dakar, la Résidence présidentielle, l’École de Police, le GMI, la Préfecture de Mabo, la Préfecture de Darou Minam II, l’Hôtel de Police de Fatick, le Commissariat de Touba, etc.
On se demande, d’ailleurs, où en est ce marché aussi important et quel est l’état des relations actuelles entre Bictogo et le Sénégal.

Assane Samb

Voir aussi

djibo-ka-senego

CNDT- Djibo dévoile les contours de sa mission

Le président de la Commission nationale du dialogue des territoires (CNDT), a dévoilé le contenu …

Open