Accueil / Confidences / 16 Février 1994, par devoir et par honneur (Par Khalifa Ababacar Ndiaye)

16 Février 1994, par devoir et par honneur (Par Khalifa Ababacar Ndiaye)

Par devoir et par honneur, retour sur l’événement politico-judiciaire le plus tristement raconté. Serigne Moustapha Sy avait été inculpé et placé sous mandat de dépôt le 30 Octobre 1993, soit 5 mois avant la fameuse journée. Les raisons étaient connues de tous. En effet, aux Allées du Centenaire, il avait décelé les 3 crises dont souffrait le Sénégal. Ce qui n’avait pas plu au régime socialiste dirigé par Abdou Diouf. 

Pour comprendre la situation psychologique du Sénégal d’alors, il faudra analyser les raisons du mécontentement des Sénégalais en 1993-1994. Sur le plan économique, les travailleurs devaient faire face à ce plan de redressement de la banqueroute économique. Sur le plan éducatif, l’école sénégalaise était confrontée à une crise qui a même été la cause de l’année invalide pour l’enseignement supérieur.

Sur le plan social, les revendications fusaient de partout, tous les secteurs étaient en crise face à un régime qui ne cessait de montrer son incompétence face à la demande sociale. À ces facteurs s’ajoutent les défaillances électorales qui ne disaient pas leur nom (1988, 1993 et les élections de 1995 qui profitaient à l’horizon). Ainsi donc, une grande manifestation fut organisée par la Coordination des Forces Démocratiques (CFD,) qui était composée par les partis de l’opposition comme le PDS de Abdoulaye Wade, La LD, de Landing Savané et les forces de la société civile comme le Mouvement Al Moustarchidine.

Pourquoi revenir sur les parties prenantes de cette manifestation, c’est parce que la suite des événements a été imputée aux DMWM. Donc par devoir et par honneur, on rappelle que l’ordre de marche a été donné par Maître Abdoulaye Wade après qu’il s’est plié aux demandes des jeunes de vouloir marcher. Il lança après son allocution cette phrase impérative : » Vous voulez marcher, hé bien, marchez !!!« . La suite, on la connaît.

Les Moustarchidines, à travers la détermination de leur responsable moral, dérangeait les politiques d’alors. Il fallait trouver un prétexte, pour geler les activités du mouvement. Chose qu’ils ont faite, en arrêtant 150 membres du mouvement.

Toujours dans cette politique de gel, le ministre de l’intérieur d’alors, Feu Djibo Ka, signa un décret numéro 001123 du 17 février 1994 portant l’interdiction sur tout le territoire national, des activités du mouvement Al Moustarchidine. Ce fut alors une dure période pour le mouvement qui comme l’Islam à ses débuts, faisait ses activités en cachette…

Par devoir et par honneur, il est important de savoir que le mouvement Al Moustarchidine est un ensemble de citoyens qui n’œuvre que pour la paix sociale et le bien-être des populations basé sur les enseignements du Prophète Muhammad ( PSL).

Par devoir et par honneur.

Par Khalifa Ababacar Ndiaye #laplumedesonmara#

À voir aussi

La déclaration choc de Ama Baldé : “Boy Niang dou sama kharit, mais…”

Dans un entretien accordé à Pikini, Ama Baldé revient sur ses relations avec certains lutteurs. …

“J’ai surpris mon père dans les toilettes avec la servante de la maison”