Accueil / Education / 16 milliards de dettes réclamés à l’Etat Le FEPES suspend ses enseignements aux ‘’étudiants’’ de l’Etat

16 milliards de dettes réclamés à l’Etat Le FEPES suspend ses enseignements aux ‘’étudiants’’ de l’Etat

La Fédération des Etablissements privés d’Enseignement supérieur (FEPES), qui réclame à l’Etat ses 16 milliards de francs Cfa de dettes impayées, a suspendu les enseignements aux étudiants orientés par le Gouvernement. Une suspension qui prend effet à compter du lundi 12 février 2018.

Si l’Etat ne réagit pas au plus vite, les bacheliers orientés dans le privé depuis 2012 ne se verront plus dispenser de cours le reste de l’année. La menace a été clairement brandie par la Fédération des Etablissements privés d’Enseignement supérieur. Si l’on en croit le président du FEPES, Mamadou Diop, «en dépit de tous les sacrifices consentis pour permettre, d’une part, à de jeunes Sénégalais  de jouir de leurs droits à une formation de qualité et, de l’autre, d’enlever des pieds de l’Etat une épine venimeuse, celui-ci traîne les pieds pour remplir sa part du contrat». Mieux, renseigne M. Diop dans un document parvenu à notre rédaction, malgré “des mesures prises lors du Conseil des ministres, notre tutelle reste muette et aveugle devant la situation de détresse qu’elle a causée dans le sous–secteur de l’enseignement supérieur privé». «Cette mesure nous est, du reste, imposée par la situation décrite plus haut et le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri), qui est responsable de cette situation doit prendre très rapidement ses responsabilités pour solder entièrement les sommes impayées à ce jour», ajoute-t-il. Pis, ‘’l’Etat oriente à des prix, trois ou quatre fois en deçà des tarifs en cours dans les EPES, dont les responsables, par patriotisme, ont accepté toutes les conditions posées par l’Etat du Sénégal’’, mentionne-t-il. Ce n’est pas tout. ‘’Les sommes dues tournent aux environs de 16 milliards et le décret d’avance, accordé par Macky Sall le 28 novembre 2017, au lendemain d’un mouvement de sursaut qui avait abouti à la suspension des enseignements dans les EPES, n’a jusqu’à présent pu être exécuté.’’ ‘’Il s’agit-là d’un préjudice immense’’, a martelé M. Diop.

M BA

À voir aussi

Dette de 5 milliards : La Cepes n’exclut pas de rompre son contrat avec l’État

Le privé risque de ne pas accepter les nouveaux bacheliers orientés. La conférence des établissements …

Taux de réussite, recalés… : Le Bac 2018 en chiffres

Ils sont 148.335 candidats 153.867 inscrits à s’être présentés au bac 2018, selon les données …