ECONOMIE

1ER MAI- Les travailleurs réclament de meilleures conditions de travail

  • Date : 2 mai 2016

Hier, plusieurs centrales ont râlé dans les rues de Dakar. La plupart des leaders syndicaux dénoncent le manque de respect des accords mais aussi les mauvaises conditions de travail que leur imposent les patrons.

Au Sénégal, il est très rare de voir une société qui respecte le droit des travailleurs. La plupart des travailleurs sont dans la précarité. Ainsi, plusieurs centrales, qui ont défilé, hier, ont dénoncé le silence coupable de l’actuel gouvernement.  Les agents de santé, des Collectivités locales, enseignants et acteurs du secteur du nettoiement, ont tous affiché leur mécontentement sur la gestion de certains dossiers. Pour Amadou Fall, Coordonnateur des syndicats de l’ONAS, « l’assainissement est un secteur très difficile et le personnel souhaiterait avoir encore de meilleures conditions sociales et de travail. C’est pour cette raison que nous vous transmettons nos points de revendication qui se résument sur 11 points et souhaitons que les négociations soient entamées dans cette dynamique positive ».

Le Secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Force du changement (Cnts/Fc) pense qu’il faut vider le passif social pour mettre en marche le Pacte de stabilité sociale. Toutefois, de l’avis du syndicaliste, il y a une avancée dans la prise en charge des revendications consignées dans des cahiers de doléances par rapport aux années précédentes.  Selon lui, « on  est en train de négocier le cahier, 2014-2015, pour trouver des solutions, alors que dans le passé les cahiers se compilaient sans être réglés et sur ce point il y a de l’amélioration parce qu’il n’y a pas d’anciens cahiers à négocier. Je reconnais que le stock est vide ».  Pour ce qui est du travail qui  doit être mené pour un  dialogue conduisant à l’effectivité du Pacte de stabilité sociale, M. Diop estime qu’il faut  « définir un package de consensus parce qu’il y a un passé lourd ». Et d’ajouter : « Il faut travailler pour arriver à ce Pacte de stabilité sociale ». Des allées Papa Guèye Fall, en passant par l’Avenue Lamine Guèye, les agents de santé, des Collectivités locales, enseignants et acteurs du secteur du nettoiement, entre autres, ont tous fait part de leurs « reproches » au gouvernement.

Les centrales syndicales sénégalaises ont rappelé la nécessité pour l’État de respecter ses engagements en appliquant les accords que ses représentants ont signés. Tantôt habillés aux couleurs de leur structure ou en t-shirts, les travailleurs ont appelé à une meilleure prise en charge « des accidentés du travail », ou des maladies professionnelles. Les secteurs les plus agités sont notamment ceux du nettoiement, de l’hôtellerie, des hydrocarbures, etc.

 Ibrahima Khalil DIEME

Les Plus Populaires
Les plus commenté
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15