téléchargement (9)

2 milliards pour le référendum sans possibilité de fraude

Nous en savons un peu plus sur ce que va nous coûter le référendum de Macky Sall. En lieu et place de3 Milliards 200 millions de nos francs annoncés, ces consultations populaires vont couter près de deux milliards au contribuable sénégalais. Une somme particulièrement modique, aux yeux du ministre de l’Intérieur, qui trouve que le montant et l’organisation du référendum ne devraient pas dépasser 2 milliards, dans la mesure où, aucune évaluation n’est pas encore faite. Preuve par mille. « En respectant les conditions légales, nous tirerons au maximum 12 millions de bulletins de vote, six millions de Oui et six millions de Non. Dans ces conditions, le coût de l’organisation du référendum ne devrait pas dépasser les deux milliards, c’est un montant particulièrement modique », ressasse-t-il. C’est le goorgorlu sénégalais qui appréciera.

Les représentants des 258 partis politiques légalement constitués au Sénégal ne peuvent pas tous, être admis dans les bureaux de vote le jour du référendum. Ça c’est le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité qui le dit. Abdoulaye Daouda Diallo soutient, en effet, que le référendum c’est juste une consultation du peuple et non une élection présidentielle. « Un référendum, c’est une consultation du peuple. Il peut y avoir des partis qui diront Oui et d’autre Non, mais rien n’est prouvé dans ce sens au niveau du Code électoral. »  En terme de bon sens, on ne peut pas autoriser objectivement 258 partis dans les bureaux de vote, c’est un non-sens, clarifie-t-il. Pour les plus sceptiques, le patron des flics les rassure en précisant que toutes les dispositions seront prises pour assurer une bonne sécurité aux populations le jour du scrutin. « Il n’y a pas de risques majeurs pour ce référendum. Nous travaillons à garantir une sécurité à tous les citoyens, pendant et après le jour du référendum », a-t-il renchéri. Il s’exprimait en marge de la journée de la protection civile.

Toutefois, Abdoulaye Daouda Diallo a aussi précisé que le document portant organisation qui a été adopté, ce lundi, en Conseil des ministres sera mis à la disposition des populations. Au Front patriotique pour la défense de la république (FPDR) qui le soupçonne de vouloir frauder, Abdoulaye Daouda Diallo en rit sous cape. « La fraude est impossible au Sénégal  et je pense que si cela était possible, ceux qui s’agitent n’auraient jamais quitté le pouvoir », raille-t-il. Non sans rassurer Decroix et Cie : « Ce n’est pas notre philosophie. Lors des locales, les élections se sont bien passées et on n’a enregistré aucune récrimination. Pourquoi donc s’agiter »,  se demande-t-il.

Voir aussi

telechargement-7

ME AÏSSATA TALL SALL  “Le 25 janvier, on passera aux choses sérieuses ”

“Ce renvoi s’explique parce que nous appelons, dans notre jargon judiciaire et de procédure, la …