ACTUALITES

2017 OU 2019 Pourquoi Macky Sall devrait avoir un second mandat ?

  • Date : 10 décembre 2015

Personne dans ce pays ne sait à quelle date, les élections vont se tenir. Présidentielle comme législatives. Dans le camp du Président de la République, la date est comme un chat noir. Alors que l’opposition qui cherche encore leader a utilisé toutes ses cartes. Le Pds et Rewmi se sont vite assagis parce que n’ayant plus de combat à porter. Des projets, il en a certes. Mais en quelques quatre années, il est difficile de mettre la main, sur quelque chose de concret.

C’est dans la sobriété et la transparence qu’il s’inscrit. Et depuis 2012, le Chef de l’Etat sénégalais arrive à se défaire de ses adversaires.  Mais Macky Sall se cherche. Il cherche des voies et moyens, pour repousser la date des élections. Alors qu’il ne devait pas avoir de soucis pour cela. Au grand bonheur de certains de ses collaborateurs. En sursis. Ceux qui vont prendre la porte pour défaut de résultats. Et ils sont nombreux. La nouvelle équipe que le Chef de l’Etat va mettre en place doit être un bloc. Centré autour du Chef du gouvernement et de quelques bons érudits en matière de développement. La politique sociale mise en place par le gouvernement, les financements accordés aux femmes, les projets novateurs comme la Cmu sont importants. Aujourd’hui des leaders comme Idrissa Seck ont changé de fusil d’épaule. Tout le monde veut faire du social. Comme par enchantement. Oui la base est le terreau fertile pour l’engrenage des voix.

Aujourd’hui, le Sénégal a lancé l’émergence comme cri de guerre. Dans tous les secteurs d’activités. Un pays qui a décidé de rompre avec les vieilles habitudes. De grosses sommes sont économisées, et c’est dommage que la communication fait défaut. A ce niveau.

De 2012 à 2015, trois années se sont écoulées. Et les derniers résultats engrangés lors des locales a été un déclic pour le camp du Président. La coalition drivée par le Maire de la capitale a démontré une fois de plus que des projets bien portés dans les 19 communes d’arrondissement sont un baromètre. Dans le domaine de l’éducation, la santé, les petites infrastructures, les soutiens, les populations à la base s’approprient les programmes. Les Maires sont devenus incontournables. Là où certains responsables politiques fuient devant militants et petit peuple. Certaines personnes limitées cherchent toujours noise à des élus locaux. Alors que ces derniers n’empiètent nullement dans le périmètre ministériel.

A quelques jours de la fin de l’année, c’est le ministre de l’intérieur qui est au charbon. Abdoulaye Daouda Diallo doit jouer au sapeur pompier, pour un feu qui n’existe pas. Ce n’est pas la date de l’élection qui est importante, mais plutôt la manière de réélire Macky Sall au premier tour.

Opposition qui cherche toujours «buzz»

En effet, l’opposition sénégalaise s’est vite essoufflée.  Elle cherche du buzz. Il y a toujours des éclaireurs pour brouiller les pistes dans la presse. Avec des épiphénomènes comme l’affaire Modou Diagne Fada, la dissolution de l’Assemblée nationale, etc. Il suffit de voir le règlement intérieur pour se faire une idée. Aida Mbodj s’est vite éclipsée. La dame de Bambey fait maintenant profil bas. A quelques mois de la fin d’une législature, on ne peut dissoudre une institution comme l’assemblée nationale. A moins que l’on ne veuille faire un remake avec le cas Cheikh Sissoko. Moustafa Niasse a déjà choisi son candidat qu’il compte soutenir. Avec son grand parti, l’Afp. Les députés se sont vite assagis, comme par miracle. En relevant même le niveau des débats à l’hémicycle.  Le Pds sans Me Abdoulaye Wade ne mobilise pas, ne se bat plus pour des idéaux. Combien sont-ils à geler leurs activités ? La permanence se vide. Dans les régions, villages, on n’oublie les camarades.  Si aujourd’hui Mamadou Diop Decroix reste la solution, cela veut dire que l’opération va donner des soustractions. Seul le Père de l’alternance est maître à bord.

Il urge donc pour les apéristes et alliés de déserter les bureaux. Et d’aller vers les zones rurales, les quartiers péri urbains. Les femmes et jeunes du Sénégal votent en masse. Mais ils attendent toujours. Il y a de l’espoir, dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de l’agro foresterie. Les paysans doivent eux aussi, avoir leurs cartes vertes, pour ne plus bazarder, comme à Médina Yéro Foulah, l’arachide à 125 f. Dans les quatorze régions et la diaspora, les sénégalais ne demandent pas une fusée pour aller regarder les comètes, le 31 décembre. Leurs préoccupations, sacrifier aux trois repas, prendre le thé, avoir un peu de sous, et payer leurs factures. Quant à la sécurité dont on parle, on tend les mains… Les jeunes ne rechignent pas devant le travail. L’essentiel est qu’il soit digne et bien rémunéré. Dans les ministères et agences, on doit faire des réajustements sociaux. Une vidéoconférence est moins chère que des frais d’avion. Les séminaires, colloques, rencontres, ateliers sont juste affaires des coopérants. Cela leur permet de ne plus être confrontés au chômage qui touche tous les pays de la Planète.

Ndèye DIAW

Les Plus Populaire
Title
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15