Accueil / ACTUALITÉ / Le procureur prêt à neutraliser Guy et Adama Gaye : Les activistes en sursis ?

Le procureur prêt à neutraliser Guy et Adama Gaye : Les activistes en sursis ?

Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, a changé de tactique hier, en préférant le communiqué à la conférence de presse pour se prononcer sur les affaires Guy Marius Sagna et Adama Gaye.

Dans ce document rendu public, il a tenté de justifier l’arrestation et le mandat de dépôt contre ces deux personnalités que l’on peut qualifier d’activistes.

Pour Guy Marius Sagna de ‘’France dégage’’, il a fait remarquer qu’il ‘’est poursuivi du chef de diffusion de fausses nouvelles suite à ses déclarations selon lesquelles la France préparait un attentat contre le Sénégal ».

Et à propos du journaliste, il tombe sous le coup de l’article 80 pour des faits jugés ‘d’une indécence inouïe sur le Président de la République’’, alors que pour Sagna il s’agit ‘’diffusion de fausses nouvelles’’.

Ce qui ressort du communiqué du maître des poursuites, c’est que les deux activistes seront neutralisés aussi longtemps que ce sera nécessaire et des procès seront probablement programmés, à l’issue desquels l’accusation espère qu’ils seront condamnés.

Car, aux yeux du Procureur, les faits sont suffisamment graves pour que leurs auteurs soient sanctionnés.

Ce qui veut dire que désormais, les activistes sont en sursis dans notre pays. Car l’activisme est une forme de militantisme dont l’une des modalités est justement de violer la loi. Si l’activiste se conformait toujours à la loi, il n’en serait pas un.

Or, lorsque l’on viole la loi, on s’expose à des poursuites pénales et à des sanctions.

Car dans nos pays, les autorités ne sont pas encore prêtes à accepter certaines formes de déviation continue au nom de l’idéal démocratique. Tout au contraire, du fait des pressions permanentes de la rue, elles sont souvent enclines à chercher des boucs-émissaires, ne serait-ce que pour noyer le poisson.

En conséquence, il appartient à ces activistes d’adapter leurs discours et leur militantisme au contexte local de frilosité ambiante des dirigeants.

Les bloggeurs et autres lanceurs d’alerte doivent éviter de verser dans l’injure comme on le voit systématiquement aujourd’hui dans les réseaux sociaux. Ils doivent savoir qu’ils sont loin d’être dans un ‘’espace privé’’ et que leurs ‘’pages’’ sont contrôlées par des personnes qui sont loin d’être des ‘’amis’’.

Les activistes doivent alors s’adapter ou périr. Des jeunes ont été jetés en prison pour ‘’apologie du terrorisme’’ et voir leur avenir hypothéqué. Assane Diouf a été refoulé des Etats-Unis sous influence des autorités sénégalaises puis jeté en prison parce qu’il s’est trompé de pays et d’époque.

Guy et Adama ont longtemps été dans le collimateur des autorités. Ils dérangeaient. Et il arrive un moment où, qu’importe le motif, ils seront neutralisés. Et c’est ce qui est arrivé.

Bien sûr, ces arrestations pourraient faire réfléchir ceux qui croient être suffisamment téméraires pour s’attaquer de cette façon à des autorités qui n’ont aucune envie que de telles pratiques subsistent.

Qu’à cela ne tienne, on peut aussi s’interroger sur la pertinence des méthodes utilisées.

Le simple fait qu’Assane Diouf ait repris du service et soit aussi populaire, montre les limites à l’action coercitive, notamment la prison.

On peut se demander si, avec l’avènement des réseaux sociaux, il n’était pas nécessaire de trouver d’autres moyens pour sanctionner les abus.

Nous ne pensons pas qu’il soit bénéfique pour l’image du Sénégal que la prison soit pleine d’utilisateurs d’internet, des réseaux sociaux.

Autant il est important que les internautes fassent un effort de contrôle de leur langage, autant il est important que nos autorités s’adaptent à l’évolution du monde.

La prison est contreproductive et ne fera qu’accentuer le désir de s’investir de ceux qui y sont astreints. La preuve, nous ne sommes pas sûrs qu’une fois sortis de Rebeuss, Adama et Guy seront moins d’attaque. Au contraire…

Assane Samb

One comment

  1. Vous pensez que insulter les gens sur les réseaux sociaux aussi ne pas acceptables no on peut dire ce que on pensent san insulter les parents de qui que sa soit la démocratie ne veux pas dir faire tout ce que on veux impunément

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *