Accueil / ECONOMIE / Développement économique : La métrologie incontournable

Développement économique : La métrologie incontournable

Des experts  se sont réunis à  hier à Dakar  autour d’une  table pour  discuter de l’utilité de la métrologie dans le développement économique d’un pays. Échanger.  

Le Directeur général de l’Institut de Technologie alimentaire (ITA), le docteur Mamadou Amadou Seck, a déclaré hier à Dakar que la métrologie est un élément très important du point de vue du développement de manière générale. C’est lors d’une rencontre d’échanges sur la métrologie au Sénégal. D’après lui,  celle-ci intéresse toutes les activités de développement. Il faut absolument que cette métrologie soit maitrisée, connue à travers les différents démembrements de l’Etat et des autres acteurs. C’est heureux qu’on puisse réunir l’ensemble des parties intéressées à un débat. Pour lui,  le laboratoire d’étalonnage qui est implanté à travers une volonté d’une organisation sous régionale, leur donne du bonheur du point de théorique, mais laisse un goût amer du point de vue de son équipement. Sur ce, le Dr Younoussa Diallo soutient que c’est d’abord un défi national. « Au niveau national, nous avions beaucoup d’entreprises, de laboratoires d’essai, d’acteurs qui ont besoin de cette métrologie industrielle. Dans la démarche d’accréditation de ces élaborateurs ou dans la démarche de certification de ces entreprises, il y a ce qu’on appelle l’exigence relative à la métrologie »,  a expliqué  le docteur Diallo. Pour satisfaire cette exigence, ajoute ce dernier,  les entreprises ont besoin d’avoir un laboratoire d’étalonnage. Si elles n’ont pas ce laboratoire au niveau national, elles vont chercher au niveau sous régional ou international pour satisfaire cette exigence. Mais, on ne peut pas avoir l’accréditation ou la certification sans satisfaire cette exigence. Donc, dira-t-il, « si nous avons ce laboratoire national, on épargnera ces industriels d’amener ailleurs leurs instruments avec les frais de transports pour faire une prestation qu’on pouvait faire au niveau national ». A l’en croire, le fait que chaque pays ait un laboratoire national est une recommandation de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). Cela permettra aux acteurs nationaux de satisfaire leurs besoins au niveau national avant d’aller au niveau régional ou international. « Je trouve qu’il y a du matériel qui est en place, mais il n’est pas utilisé. Nous avons fait l’état de lieu et nous avons vu qu’il reste peu en termes de fonctionnalité. Avec un concours financier pour compléter certains équipements, ce laboratoire sera fonctionnel », a-t-il conclu.

Zachari BADJI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *