Accueil / ECONOMIE / Développement territorial : Les acteurs valident la planification pour lutter contre la pauvreté

Développement territorial : Les acteurs valident la planification pour lutter contre la pauvreté

La Plateforme nationale de Planification locale du Sénégal, vient de mettre à la disposition des Collectivités territoriales de nouveaux outils qui s’intègrent harmonieusement dans les processus de planification locale. Il s’agit du genre, de la migration, du changement climatique et de la nutrition.

 La validation politique des différents outils va permettre aux collectivités territoriales d’avoir de meilleures opportunités de lutte contre la pauvreté. Ce travail de coproduction qui a duré deux ans, a regroupé différents acteurs, notamment l’Etat, la société civile et des partenaires techniques et financiers. Pour Etienne Turbin, Secrétaire général du ministère des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires, c’est un long processus qui devra connaitre son épilogue maintenant. C’est un cadre qui a mis en place un plan de planification locale en 2011 et qui a revisité en 2016. « Nous avons constaté depuis lors qu’il y a de nouveaux enjeux qu’il faut prendre en compte pour intégrer dans des outils de planification comme le genre, la migration, la nutrition et le changement climatique », a expliqué M. Turpin. Il présidait hier à Dakar l’atelier national de validation politique d’intégration des dimensions transversales dans le guide de la planification du développement  territorial. A l’en croire, ils sont en train de jouer leur partition en mettant à la disposition des collectivités territoriales des outils leur permettant d’intégrer ces dimensions dans les processus de planification pour assurer correctement le développement territorial. L’objectif, poursuit-t-il, c’est de prendre en compte ces préoccupations au niveau local parce que ce sont des dimensions qui sont insuffisamment prises en compte dans des documents de planification. A cette occasion, Omar Ba, Secrétaire permanent de l’Association des Maires du Sénégal (AMS), est d’avis que cela renforce et ouvre plus de perspectives aux communes qui ne se seront plus perçues comme des structures sociales qui s’occupent de santé et d’éducation, mais qui articulent leur intervention autour des questions de développement. « Cette plateforme multi acteurs permettra aux collectivités territoriales d’avoir en main tous ces experts qui interviennent dans les différents domaines de développement local. Nous disposons aujourd’hui d’acteurs compétents dans le cadre de l’harmonisation des actions », s’est réjoui M. Ba, par ailleurs Maire de Ndiob. Sur ce, il est revenu  sur une  des attentes, à savoir  le renforcement de capacités des élus locaux à la base de ces politiques majeures de l’Etat, mais les accompagner. En effet, un test de l’intégration des outils stabilisés dans les processus de planification a été mené dans les communes de Sinthian Coundara (région de Kolda), de Darou Mousty (région de Louga), de Gamadji Saré et Mery (région de Saint- Louis), de Maka Yop et Dianké Souf (région de Kaffrine) et de Ndiob (région de Fatick). Au regard des résultats concluants de cette phase test et dans la perspective d’un passage à l’échelle, précise un communiqué, les animateurs de la plateforme nationale de planification élargie ont organisé cette  avec l’ensemble des catégories d’acteurs de la décentralisation et du développement territorial.

 Zachari BADJI

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *