Accueil / ECONOMIE / Secteur extractif : La production d’or en baisse de 11,8%

Secteur extractif : La production d’or en baisse de 11,8%

Le secteur extractif est marqué, au deuxième trimestre 2019, par une contraction de 7,5% de l’activité par rapport au trimestre précédent, en liaison avec les faibles résultats relevés dans les productions d’or, d’attapulgite et de sel.

 La production d’or est évaluée à 63 436 onces au deuxième trimestre 2019. Bien que l’exploitation soit solide, d’après la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee), elle est en baisse de 11,8% par rapport au premier trimestre de l’année, et de 3% comparativement à la même période en 2018. Ces évolutions, explique-t-on, sont liées à la faible teneur en or du minerai extrait, la demande globale au cours des six premiers mois de l’année et le cours du métal jaune ayant augmenté en glissement annuel, selon le World Gold Council (WGC). En effet, l’escalade des tensions géopolitiques et le ton accommodant de la Fed et la BCE donneraient un coup de fouet à l’or qui constitue une alternative crédible face aux placements obligataires à faible rendement. En cumul, la production d’or s’est bien orientée sur le premier semestre 2019 avec une croissance estimée à 4,6% par rapport à la même période de 2018. L’exploitation devrait atteindre la cible indicative de 2019, entre 215 000 et 230 000 onces. Au même moment, le marché international se distingue par un renforcement des achats des banques centrales, des investisseurs et des bijoutiers, dans un contexte de tumultes politiques et géopolitiques. Après le recul noté au premier trimestre du fait des travaux d’entretien à la mine, la production de phosphate s’est revigorée, en variation trimestrielle, sous l’effet d’un bon taux de marche des installations. Toutefois, note la source, la production reste faible par rapport à son niveau de l’année dernière. En effet, en glissement annuel, un repli de 1,6% est noté aussi bien au deuxième trimestre qu’en cumul sur le semestre 2019, du fait, notamment, du ralentissement de la production d’acide phosphorique. Concernant l’attapulgite (absorbant généralement utilisé dans la literie animale), la production est tombée de son piédestal au deuxième trimestre 2019. Evaluée à 33 556 tonnes, elle s’est amoindrie de 18,1%, en rythme trimestriel, atteignant son plus bas niveau depuis le deuxième trimestre 2012. Sur une base annuelle, des baisses respectives de 33,2% et 23,1% de la production d’attapulgite sont également enregistrées au deuxième trimestre 2019 et en cumul sur les six premiers mois de l’année. Ce faible résultat s’explique essentiellement par l’orientation défavorable des commandes, notamment européennes. S’agissant du sel, la Dpee  annonce une baisse trimestrielle de 8,8% de sa production. Ce résultat traduit la contraction de 14  % des commandes étrangères, les ventes locales s’étant bien comportées sur la période. Sur un an, la production de sel est restée, toutefois, solide au deuxième trimestre et sur le premier semestre 2019, en liaison avec la bonne orientation de la demande.

 

Zachari BADJI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *