Accueil / CULTURE / 30 ans APRES SA MORT : Mariama Bâ renaît à travers ses écrits

30 ans APRES SA MORT : Mariama Bâ renaît à travers ses écrits

Il y a maintenant 30 ans que la grande écrivaine sénégalaise, Mariama Bâ a disparu, suite à une longue maladie. 30 ans après, ses œuvres ont pris le relais dans sa lutte en faveur des droits de la femme et de l’éducation. Le monde de la littérature sénégalaise se souvient toujours d’elle grâce à ses écrits.

«Les morts ne sont pas morts», a écrit Birago Diop, de par ses écrits, Mariama Bâ, sans doute l’une des plus belles plumes de la littérature sénégalaise, cette féministe, enseignante et écrivaine engagée, demeure. Décédée d’un cancer le lundi 17 août 1981, après que son roman «Une si longue lettre» eut remporté le prix Noma de littérature en 1980, le monde de la littérature sénégalaise se souvient toujours d’elle et de ses écrits.

Figure marquante des lettres sénégalaises, Mariama Bâ a laissé des œuvres d’une grande portée : «Une si longue lettre» (1979), «La fonction politique des littératures africaines écrites» (1981) et «Un chant écarlate» (1981), qui sont les témoignages des combats qu’elle a menés, durant ces 52 années d’existence. D’habitude, ce sont les personnes qui font vivre leurs ouvrages, mais dans ce cas-ci, se sont ses productions qui ont fait vivre Mariama Bâ. Pour dire qu’elle fait partie de ceux qui ne meurent pas, elle restera vivante dans le cœur des Sénégalais pour lesquels elle demeure un modèle. Ses ouvrages restant toujours des modèles.

«Une si longue lettre traduit en 17 langues»

Première romancière africaine à parler du rôle de la femme dans la société avec son roman «Si longue lettre», Mariama Bâ a fait la promotion de l’enseignement. Elle s’est ainsi battue durant toute sa vie, pour le droit des femmes. D’ailleurs, avec ce roman, Mariama Bâ est devenue une pionnière de la littérature féministe sénégalaise. Son livre courageux demeure une étape essentielle dans la prise de parole féminine et reste l’un des romans africains les plus lus sur le continent.

Traduit en plus 17 langues, «Une si longue lettre» est un livre témoignage sur le comportement masculin, le rôle de la famille et le poids de la religion islamique dans la vie du couple et, tout particulièrement, dans celle de la mère et de l’épouse. Cet ouvrage est une peinture de la société sénégalaise. Ce roman est considéré par les critiques comme la référence classique en ce qui concerne la condition féminine en Afrique. Il a fait l’objet d’études littéraires et sociologiques sur le rôle de la femme dans la société africaine contemporaine et sur la réalité des choix auxquels elle est confrontée par devoir social.

Elle a laissé une importante œuvre bibliographie non pas en quantité mais en qualité sur les thèmes abordés. Elle a laissé des traces indélébiles dans l’histoire de la littérature sénégalaise. La force de cette écrivaine demeure sa manière d’aborder les thèmes jadis tabous liés aux femmes dans la société sénégalaise. Elle était une grande figure du mouvement féministe sénégalais. Elle a toujours lutté pour les droits des femmes.

Mously NDIAYE (Stagiaire)

À voir aussi

Vidéo – Trucs et Astuces: Décoration mini corbeille pour bijoux

Trucs et Astuces: Décoration mini corbeille pour bijoux

Le Fouladou, capitale de l’artisanat le 23 juin

 Kolda va abriter la journée de l’artisanat ce samedi 23 juin. L’évènement qui regroupe 300 …