23 avril, 2014
Accueil » ECONOMIE » 34E SESSION DU CONSEIL ORDINAIRE D’ADMINISTRATION DE L’IFORD : L’institut fragilisé par l’insuffisance des finances
34E SESSION DU CONSEIL ORDINAIRE D’ADMINISTRATION DE L’IFORD : L’institut fragilisé par l’insuffisance des finances

34E SESSION DU CONSEIL ORDINAIRE D’ADMINISTRATION DE L’IFORD : L’institut fragilisé par l’insuffisance des finances

L’institut de formation et de recherche démographique (Iford) s’est réuni, hier, à Dakar, dans le cadre de la 34e session du conseil ordinaire d’administration. Cette organisation est un centre d’excellence en matière de formation initiale en démographie et sciences de la population, de recherche et d’appui technique aux états membres dont le Sénégal. Toutefois, elle est confrontée à des problèmes financiers qui la fragilisent.

Cet organisme est confronté à des difficultés financières et, l’espoir est de trouver une plus grande stabilité dans ses finances. Parce que, selon Ibrahima Ba, président du conseil d’administration dudit institut, malgré les apparences, la situation de l’Iford reste fragile, du fait des financements qui ne lui permettent que de couvrir au mieux 45% de son budget annuel. Face à cette situation, Ibrahima Ba a invité tous les membres à prendre conscience de ces difficultés. Et, pour le redressement de l’Iford, dira M Ba, les résultats escomptés ne viendront que si chacun des Etats s’engage résolument à l’accompagner dans cette nouvelle voie.

Si les Etats, revalorisent leurs contributions statuaires, en s’acquittant à temps des frais de formation de leurs ressortissants et en confiant à l’Iford certains travaux de consultances, le futur sera radieux, selon Ibrahima Ba. Babacar Fall, directeur de l’Ansd et représentant du ministre de l’économie et des finances, de rappeler que c’est grâce au renforcement de la contribution des Etats que l’école est en train de se revigorer, après les difficultés rencontrées entre 2000 et 2005. Selon M. Fall, cette 34e session ordinaire sera axée sur le fonctionnement de l’institut et sa situation budgétaire et financière.

Cheikh Moussa SARR

REWMI QUOTIDIEN