Accueil / ECONOMIE / 3e édition de la foire des produits biologiques : L’épineuse question de l’accès des femmes à la terre soulevée

3e édition de la foire des produits biologiques : L’épineuse question de l’accès des femmes à la terre soulevée

La cité du rail abrite depuis vendredi dernier la troisième édition de la foire des produits biologiques. Organisée pour la première fois en 2005 par l’Ong Agrecole Afrique, la foire commence déjà à prendre des dimensions nationales si l’on en juge par la variété des produits maraîchers, fruitiers et halieutiques présentés et la présence d’exposants venus de toutes les régions du pays.

Source : Walf fadjri
(Correspondance) – La cérémonie d’ouverture de la foire organisée depuis vendredi dernier à Thiès par l’Ong Agrecole Afrique pour durer cinq jours, a été mise à profit par la présidente du Réseau des femmes en agriculture biologique et commerce équitable (Refabec, encadré par cette ong), Jeanne Diattara, pour soulever, une fois de plus, l’épineuse question de l’accès des femmes à la terre. Pour elle, tous les efforts que ne cessent de fournir les femmes dans le domaine de l’agriculture, vont demeurer vains si elles ne disposent pas d’assez de terres pour une plus grande exploitation. Elle en veut pour preuve le fait que l’organisation qu’elle dirige, est depuis le mois de juillet 2006 en but à des commandes qu’elle ne peut pas satisfaire. ‘L’Allemagne, la Grande Bretagne et les Pays-Bas nous ont sollicitées depuis le mois de juillet pour des commandes de plusieurs tonnes de produits biologiques’.

Malheureusement, se plaint Jeanne Diattara, ‘nous ne pouvons pas répondre à ces demandes’. Car, à son avis, pour avoir cette quantité, il faut disposer d’assez d’espaces qui répondent aux normes, de l’eau en suffisance, mais aussi du matériel moderne de production. Toutes choses dont les onze groupements, mieux connus sous l’appellation de ‘Club Bio’, qui composent le Réseau des femmes en agriculture biologique et commerce équitable ne peuvent, à eux seuls, se doter. D’où l’urgence, selon la présidente du réseau, d’un appui des services étatiques ne serait-ce que dans le cadre de la capacitation des membres dudit réseau. Aussi Jeanne Diattara d’estimer qu’il est grand temps que l’Etat mette tout en œuvre, dans le sens de l’effectivité, le droit des femmes à l’accès à la terre. ‘Nous voulons que l’Etat nous affecte des terres et de bonnes terres en surfaces suffisantes qui devront nous permettre de faire de grandes exploitations à même de favoriser des productions suffisantes pour répondre au besoin du marché national et même international’. Cet appui des services étatiques est, à son avis, d’autant plus souhaitable que le réseau entend, dans le cadre de la diversification de ses activités, se lancer dans la production de poulets fermiers. ‘L’Ecole nationale supérieure d’agriculture (Ensa) vient de mettre à notre disposition ses poulaillers que nous allons utiliser pour l’aviculture avec des poulets que nous allons élever avec les produits biologiques que nous tirerons de la prochaine récolte’, fait-elle savoir.

S’agissant de la foire proprement dite, nombreux sont les visiteurs à reconnaître qu’elle a, pour sa troisième édition, connu une légère amélioration par rapport aux précédentes. Un plus qu’ils expliquent par la richesse de l’exposition ainsi que la représentation des autres régions du pays. Une appréciation qui ne fait pas monter la tête à Jeanne Diattara qui est d’avis que la date choisie a été un facteur bloquant dans la réussite de la foire. ‘Il faut reconnaître que la période n’est pas favorable. Avec l’hivernage qui s’est déjà installé dans plusieurs régions, nous n’avons pas tous les produits que nous aimerions avoir en quantité suffisante’, dira-t-elle, avant de promettre qu’elles vont rectifier le tir en jouant sur le calendrier pour la tenue de la quatrième édition.


À voir aussi

Finances publiques : PEFA 2016 pour évaluer la performance du système de gestion

Le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, en collaboration avec la Délégation de …

Consommation :Baisse de 0,6% de l’indice harmonise des prix en octobre 

La  diminution des prix des services de « communication » et des « produits alimentaires …