sies_3e

3EME EDITION DU SIES   DES PARTENARIATS POUR PROMOUVOIR L’EMPLOYABILITE DES ETUDIANTS

La 3ème édition du Forum et Salon de l’Enseignement supérieur des États membres de l’Organisation de la Conférence islamique (Oci) s’est ouverte hier, lundi 9 mai à Dakar, sous le thème «Enseignement supérieur : pour une meilleure employabilité». Dans le but d’améliorer une qualité des enseignements dans les pays membres de l’Oci et pour mieux garantir l’employabilité des étudiants, des partenariats et autres contacts bilatéraux sont envisagés.

Pendant trois jours, du 09 au 12 mai, le Salon et Forum de l’Enseignement supérieur des États membres de l’Organisation de la Conférence islamique (Oci) sera l’occasion pour les participants de partager les nouvelles approches et meilleures pratiques de l’Enseignement supérieur et de la formation. Au terme de cette rencontre internationale, il est attendu des jumelages, des visites académiques, des programmes d’entreprenariat en lien avec le secteur industriel.
«Les établissements d’enseignement supérieur des pays membres de l’Oci sont engagés dans la mise en œuvre adossée à la qualité et visant l’employabilité», a relevé Mary Teuw Niane.  Pour le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, «ce défi de qualité et de l’employabilité est une préoccupation majeure, d’où l’importance, selon lui, de partager les meilleures pratiques de formation répondant aux besoins économiques et sociaux des pays».
LEÇON AUX JEUNES AFRICAINS
En voulant se coller au thème de la 3ème édition du Forum et Salon de l’Enseignement supérieur des États membres de l’Oci, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres du Maroc, Lahcen Daoudi, a donné une grande leçon aux jeunes étudiants participants. En co-présidant la cérémonie d’ouverture dudit salon et forum, Lahcen Daoudi se veut clair à l’entame de son propos. «Nous avons de l’avenir. Tout le monde a les yeux rivés sur l’Afrique avec son taux de croissance de 5 à 7%. Nous ne pouvons nous prendre en charge que si on forme nos jeunes», a-t-il déclaré. Le ministre marocain estime que «la qualité de la formation et la personnalité du jeune africain constituent deux vecteurs pour que l’Afrique reparte sur de bonnes bases».
Relevant que l’Afrique à travers le Maroc va détenir le monopole mondial de l’agriculture dans le monde, Daoudi invite les jeunes à la maitrise de la «science, des langues, de l’informatique, tout en gardant nos valeurs » qui constituent à ses yeux «trois variantes fondamentales pour être compétitifs», dans la mesure où «le développement est le prolongement de soi». Sous ce rapport, Daoudi a rappelé à la jeunesse que l’Afrique a un potentiel. «Ce qui suscite beaucoup d’espoir», pense-t-il.
RESPECT DES AUTRES CIVILISATIONS
Le 3e Salon des services de l’enseignement supérieur (SIES) des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) a été l’occasion pour le ministre Daoudi de revenir sur la vision de l’islam face à la promotion de la paix. D’emblée, il précise que nous sommes des gens de dialogue, tout en préconisant un respect des autres civilisations. «Nous sommes pour le rapprochement des civilisations. Les gens ne naissent pas violents, ils le deviennent. Ce n’est pas l’islam qui est violent. Ce sont des gens qui s’identifient à l’islam pour être violents», a t-il fait savoir. Avant de préciser : «la violence n’est pas liée à une religion, ni à un peuple. Il ne faut pas être faible face à l’autre. L’autre n’est pas notre adversaire. On ne peut jamais être l’autre ».
Sud quotidien

Voir aussi

barthelemy dias

Barthelemy Dias octroie des bourses aux étudiants de sa commune

L’éducation et la formation font des préoccupations majeures du maire de Sacré Coeur. En effet, …