POLITIQUE

5 ans après : Que sont devenus les acteurs du 23 juin ? (Par Amadou DIOUF)

  • Date: 23 juin 2016

Le 23 juin 2011 a été un moment historique dans la vie de la nation sénégalaise. Ce jour-là des hommes et des femmes, surtout des jeunes, ont bravé tous les interdits en assiégeant l’Assemblée nationale pour empêcher le vote d’un projet de loi portant « ticket présidentiel : Président/Vide-Président) et « Quart bloquant à l’élection présidentielle ». Finalement, ils auront gain de cause et le projet de loi fut retiré. Naquit alors le Mouvement du 23 juin (M23) dont le principal objectif était d’empêcher la candidature du Président Abdoulaye Wade. Ce dernier, malgré tout, se présentera suite à une décision du Conseil constitutionnel qui a tranché le débat. Il sera battu au second tour par son ex-sherpa, Macky Sall, qui devient ainsi le 4e président de la République du Sénégal.

Mais que sont devenus les acteurs du 23 juin ? Les partis politiques et certains mouvements de la société civile qui ont mené le combat contre le Président Wade (au premier tour dans « Macky 2012 » et au second tour dans « Benno Bokk Yaakaar ») ont senti le besoin de rester ensemble. Conformément à leur slogan de campagne : « Gagner ensemble, gérer ensemble ». Ce n’est pas sans frais. Un parti comme l’AFP en a subi les dégâts collatéraux avec les départs de Malick Gakou et Cie suite à la décision de Moustapha Niasse de pousser le compagnonnage avec le Président Macky Sall jusqu’au renoncement à une candidature du parti à la prochaine présidentielle. Le PS, pour sa part, traverse une secousse tellurique provoquée surtout par la polémique autour de l’opportunité ou non d’une candidature de la plus ancienne formation politique du Sénégal contre le Président Macky Sall.

Cependant, certains parmi les soutiens du Président Macky Sall ont quand même choisi de quitter le navire, c’est le « Rewmi » d’Idrissa Seck, des candidats indépendants Ibrahima Fall, Cheikh Tidiane Gadio… D’autres, en revanche ont été poussé à la porte. C’est le cas de Jacques Diouf, Malick Ndiaye, Moubarack Lô (qui reviendra par la petite porte de la Primature comme conseiller après une virée chez Idrissa Seck), d’Amsatou Sow Sidibé…

Par ailleurs, des membres éminents de la société civile ont disparu derrière les lambris dorés du palais présidentiel. Penda Mbow, Abdou Latif Coulibaly (l’ancien journaliste s’est même fondu dans le parti présidentiel, APR), Abdoul Aziz Diop (le truculent ex-second de Malick Ndiaye), Alioune Tine de la Raddho et une cohorte de journalistes dont Souleymane Jules Diop, Yakham Mbaye, Madiambal Diagne (officieusement)… qui ont décidé de rejoindre le Président Macky Sall. La liste n’est pas exhaustive. En somme, le 23 juin a permis à tous ces gens d’être rétribués pour le combat contre Me Abdoulaye Wade et, par ricochet, pour l’accession du Président Macky Sall à la magistrature suprême. Ils ont préféré se ranger du côté du nouveau pouvoir que de retourner jouer leur rôle de sentinelle de la démocratie.

A propos de sentinelle de la démocratie, le mouvement « Y’en a marre » a décidé de ne pas rejoindre la mouvance présidentielle. Mais il ne faut pas s’y méprendre. Ce n’est pas parce qu’ils refusent le coup de pouce du régime du Président Macky Sall. Certains d’entre eux ont bénéficié des largesses du nouveau pouvoir. Seulement, ils ne voulaient pas perdre l’estime et surtout l’appui des organisations internationales. Mais cette posture écartelée n’a pas été du goût du pouvoir qui y voit une duplicité. De guerre lasse, « Y’en a marre » a été obligé de faire un choix. Fadèle Barro et ses compagnons décident de rester hors du régime. Mais leur popularité avait déjà été écornée par ce petit jeu que les Sénégalais ont vite fait de découvrir. Non sans s’interroger sur l’évolution rapide de leur condition sociale.

(Source : amoulnebbo.com)

Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15