Mise en page 1

Le procureur général de la Chambre africaine extraordinaire d’assise (Caea) a pris fait et cause pour les avocats de la partie civile qui dénonçaient la suspension du procès jusqu’au 7 septembre prochain. Mbacké Fall qui donnait son avis sur cette décision prise par la Cae sur demande des avocats commis d’office, qui ont sollicité un délai de 45 jours, dit être en phase avec les conseils des victimes. «Je partage le souci des parties civiles, tout en notant que depuis le début, il n’a jamais voulu collaborer à l’œuvre de justice. Il est fort à parier qu’il ne va pas collaborer avec ses avocats. M. Habré n’a jamais reconnu la légitimité de la Cae. Ses avocats qu’il s’est lui-même choisi ont décidé de ne pas se présenter dans la salle», a indiqué le procureur général. M. Fall d’ajouter : « On ne peut pas demander à Habré de donner son point de vue. Il ne lui appartient pas de récuser qui que ce soit. A aucun moment, il ne pourra élever la voix pour dire qu’il ne veut pas de ces trois avocats commis d’office ».

Avec Sénéweb.com

À voir aussi

Le « ceebu jeen national » menacé de disparition- les maraichers de Lendeng sommés de déguerpir par le maire de Rufisque-Est

Entre le Maire de Rufisque-Est, Boubacar Ndoye, et les maraichers de Lendeng, ce n’est plus …

Comité de gestion du foirail de Pikine- le poste de président divise les éleveurs

Les éleveurs du foirail sis à Sicap Mbao ne parlent plus le même langage, et pour …