SOCIETE

condamné à mort pour apostasie, le blogueur Ould Mkheitir se défend en appel

  • Date: 20 avril 2016

Le procès en appel de Ould Mkheitir devrait s’ouvrir jeudi prochain. En première instance, fin 2014, ce blogueur mauritanien avait été condamné pour apostasie. Une décision inédite dans le pays, qui avait suscité une grande incompréhension.
Mohamed Cheikh Ould Mohamed, dit Ould Mkheitir, 31 ans, sera jugé en appel le 21 avril, a affirmé une source judiciaire sous couvert d’anonymat, jointe par l’AFP à Nouadhibou (nord-ouest), le 19 avril 2015.
Détenu depuis le 2 janvier 2014, le blogueur mauritanien avait été condamné pour apostasie à la peine de mort par la Cour criminelle de Nouadhibou, le 24 décembre 2014, avant de faire appel deux jours plus tard. À l’époque, cette décision inédite en Mauritanie avait suscité de vives critiques et surtout beaucoup d’incompréhension.
Condamné pour blasphème
Ould Mkheitir avait été poursuivi pour un écrit considéré comme blasphématoire dans lequel il accusait la société de son pays de perpétuer un « ordre social inique hérité » de l’époque du Prophète.
La Cour avait invoqué l’article 306 (alinéa 4) du code pénal mauritanien qui stipule que « toute personne coupable d’aspostasie (« zendagha ») sera, à moins qu’elle ne se repente au préalable, punie de mort ».
Une première condamnation en contradiction avec le Coran
Lors de son procès, l’accusé avait expliqué qu’il n’avait pas l’intention de critiquer le prophète Mahomet, mais de défendre une composante de la société mauritanienne « mal considérée et maltraitée », la caste inférieure des forgerons (« maalemines »), dont il est lui-même issu. Bien qu’il ait présenté ses excuses, son repentir n’a pas été retenu en sa faveur, contrairement à ce que prévoit le Coran.

 

Auteur: Jeune Afrique

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15