Mark Zuckerberg a concrétisé son défi annuel: concevoir un assistant domestique pour son domicile. Baptisé Jarvis, en référence à l’assistant virtuel d’Iron Man, le programme d’intelligence artificielle contrôle les lumières, la température, la programmation musicale ou la sécurité de sa maison. Le fondateur de Facebook déclare  dans un message pouvoir communiquer directement avec lui depuis son téléphone ou son ordinateur.Conçu en une centaine de jours, Jarvis combine reconnaissance vocale, reconnaissance faciale et traitement automatique du langage pour fonctionner. Parmi ses nombreuses fonctionnalités, la possibilité de prévenir son créateur de l’arrivée d’un invité, d’en déterminer l’identité par reconnaissance faciale et d’ouvrir les portes de son domicile à distance. Mark Zuckerberg déclare privilégier l’envoi et la réception de messages à la communication vocale pour interagir avec son programme. Il estime que le texte permet encore davantage de contrôle que la simple voix, pourtant cruciale dans les écosystèmes Amazon Echo et Google Home. Jarvis sera amené à s’adapter au fur et à mesure aux goûts et habitudes des Zuckerberg, à apprendre de nouveaux mots et concepts et à «amuser Max»,leur fille.«Par certains côtés, ce défi a été plus simple à relever que ce à quoi je m’attendais», indique l’entrepreneur de 32 ans. «Mon autre pari, qui était de courir 365 miles en 2016, m’aura pris davantage de temps au total». Mark Zuckerberg a pour habitude de s’imposer un défi par an. L’occasion d’apprendre le mandarin, de rencontrer une personne qui ne travaille pas chez Facebook par jour, d’écrire quotidiennement une lettre de remerciement aux personnes qui rendent le monde meilleur ou de ne manger que la viande tuée par ses propres soins.Encore absent du marché des assistants virtuels à domicile, Facebook a mis l’accent ces derniers mois sur le déploiement de l’intelligence artificielle. En juin 2015, le réseau social a ouvert un centre de recherche à Paris pour travailler sur cette problématique. Quelques mois plus tôt, Facebook avait racheté Wit.ai, une start-up fondée par des Français et spécialisée dans la reconnaissance vocale. Sa technologie permet de contrôler un smartphone ou d’interagir avec des objets connectés grâce à la voix. Elle a déjà été utilisée dans le cadre des bots sur l’application Messenger, des programmes capables de discuter avec les internautes et d’accomplir des tâches simples.

«Une très bonne base pour un nouveau produit»

Mark Zuckerberg retient de son défi annuel une difficulté principale à surmonter: connecter et faire communiquer l’ensemble des systèmes utilisés chez lui. «Avant même de pouvoir concevoir une quelconque intelligence artificielle, j’ai dû me plonger dans le code pour parvenir à connecter ces systèmes, qui utilisent tous différents langages et protocoles», écrit-t-il. Il précise recourir à un système de la marque Crestron pour l’éclairage, le paramétrage du thermostat et le contrôle des portes, à une enceinte Sonos pour Spotify, ou encore à une caméra Nest pour surveiller leur fille. Le PDG de Facebook rejoint en cela l’analyse de Gartner. Dans une étude parue fin novembre, le cabinet faisait du manque d’intégration des systèmes utilisés par les différents fabricants un frein au déploiement de la maison connectée.

Figaro

 

Voir aussi

Quelles solutions contre les fausses informations diffusées sur internet?

Rfi.fr- Face à la propagation des fausses informations sur les réseaux sociaux, Facebook a décidé …