Accueil / ACTUALITES / Biocarburant au Sénégal : Me Abdoulaye Wade inaugure la première usine de bioéthanol

Biocarburant au Sénégal : Me Abdoulaye Wade inaugure la première usine de bioéthanol

La ville de Richard-Toll, située à 129 kilomètres de la ville de Saint-Louis, a abrité, hier, la cérémonie d’inauguration de l’usine bioéthanol. Le président de la République Me Abdoulaye Wade a déclaré lors de cet événement qu’un vaste programme initié par le gouvernement va débuter l’année prochaine. Selon lui, cette initiative permet de mener le combat contre la dépendance économique du Sénégal. Mieux, dira-t-il, cette fabrique de 4,6 milliards de fcfa va amoindrir les délestages. L’arrivée de Me Wade n’a pas été ressentie par les populations qui sont restées chez elles, une première dans l’histoire du Walo.

Source : Le Matin
Cette usine de production de distillerie de bioéthanol est une première au Sénégal et au-delà même de l’Afrique. Elle est basée au sein de la Compagnie sucrière sénégalaise. Celle-ci dont le coût d’investissement s’élève à 4,6 milliards va produire 8 à 12 millions de litres d’éthanol à partir de la mélasse issue du raffinage du jus de canne à sucre utilisé durant l’intersaison. Selon Me Wade, l’éthanol produit dans cette fabrique de la Css va contribuer à l’émergence de l’utilisation des biocarburants au Sénégal. A l’en croire, les paysans de la Vallée du Fleuve Sénégal vont devoir diversifier leurs cultures avec l’intronisation du «tabanani» cultivée aussi au niveau du département de Dagana, plus précisément dans le village de Bokhol. Ici, pas moins de 20 ha de « tabanani » sont cultivées.

Cette culture va permettre aux riverains de sortir de leur situation de dépendance économique mais aussi de produire beaucoup d’éthanol. Me Wade a aussi, dans son speach, fait savoir que d’autres paysans pourront bénéficier de cette plante. Il D’ailleurs a indiqué que ce programme de production sera ouvert aux autres localités du Sénégal. «Le gouvernement a un vaste programme qui va débuter l’année prochaine», a dit le président Wade qui d’après lui le «combat économique se fera avec la réduction de la dépendance économique par la culture du biocarburant». Face aux nombreux délestages notés à travers le pays, Me Wade rassure : «Avec le biocarburant, il n’y aura plus de délestages qui sont dus au fait que celui qui vend le pétrole fixe lui-même ses prix» avant d’annoncer la mise à disposition prochainement auprès des agriculteurs de terre et de machines pour la culture du bio-carburant.

Selon le chef de l’Etat, c’est la seule issue de gagner ce combat économique pour atténuer la dépendance économique. «L’installation de cette usine va permettre la création de la main-d’oeuvre depuis la production jusqu’au produit fini» a rappelé le chef de l’Etat. La culture du bio-carburant est facile Avant de terminer son discours, il a précisé «La culture du bio-carburant est facile et ne nécessite pas beaucoup d’investissement en eau comme l’arachide que les Sénégalais devraient continuer à cultiver. Nous allons accompagner le développement de la production du biocarburant». L’usine de distillerie a une capacité de 60 000 litres de gas oil par jour au niveau de la Css. Mieux, d’ici le début de l’année, ce produit sera disponible sur le marché local au grand bonheur des automobilistes. Face à l’instabilité du prix du pétrole qui grimpe considérablement, la Compagnie Sucrière Sénégalaise a décidé, pour assister les acteurs, de mettre sur pied cette distillerie de bioéthanol. Celui-ci constitue un carburant propre produit à base de canne à sucre.

Ces nouvelles installations et équipements vont produire annuellement 215 000 hectolitres. Toutefois, il faut signaler que l’atout majeur de la Compagnie Sucrière Sénégalaise est de disposer d’une sucrerie qui alimentera la distillerie qui va produire de l’alcool et de l’éthanol. La production d’éthanol est destinée à l’autoconsommation de la société et à approvisionner le marché sénégalais. En ce qui concerne l’alcool, les besoins du marché sénégalais en alcool pharmaceutique, en alcool de bouche et de parfumerie aussi pourraient être satisfaits.

Jamais dans l’histoire du département de Dagana, une manifestation n’a été si morose. Hier, les artères de Richard-Toll étaient désertes. Les populations sont restées de marbre. Elles n’ont pas fait le déplacement pour accueillir le président de la République. Contrairement aux précédents déplacements dans le Walo du de Me Wade, celui d’hier n’a pas drainé de foule. Est-ce à dire que les populations ont tourné le dos au Walo ? Tout porte à le croire. En tout cas, cette inauguration en terme de mobilisation n’a pas eu les effets escomptés. c’est d’ailleurs pour cette raison que les responsables se sont réunis après le départ du secrétaire général national du Pds pour déterminer les causes exactes de ce flop. Certains observateurs soutiennent que le coût élevé de la vie est à l’origine de cette contre- performance des libéraux. Me Wade n’est pas resté longtemps dans cette partie du Walo.


À voir aussi

Portrait- Serigne MBaye Sy Mansour : «Un homme de vérité et de justice».

Né en 1932, Serigne Mbaye Sy Mansour est le fils aîné de Serigne Mouhamadou Mansour …

Serigne Mbaye Sy Mansour nouveau Khalif Général de la famille Sy

C’est officiel. Serigne Mbaye Sy Mansour succéde à feu Abdou Aziz Sy al Amine. Ila …