Accueil / SOCIETE / Colère : De graves accusations contre le Groupe Scolaire Yavuz Selim de Dakar

Colère : De graves accusations contre le Groupe Scolaire Yavuz Selim de Dakar

Le Collectif des Enseignants du Groupe Scolaire Yavuz Selim, une école turque basée à Dakar en face de l’université Cheikh Anta Diop, a vivement dénoncé les conditions de travail dans lesquelles ils exercent. Dénonçant une « forme d’esclavage, ces enseignants comptent dérouler plusieurs plans d’actions contre leur directeur.

Les problèmes auxquels ils sont confrontés tournent autour de leur mauvaise condition de travail, du non-respect du code du travail, des salaires maigres selon eux, mais aussi du retard de paiement de salaire et de l’exploitation du personnel.

D’après le communiqué qu’ils nous ont envoyé, « une classe rapporte en moyen par mois 12 420 000 Frs au moment où l’enseignant perçoit 130 000 Frs»

Dénonçant une certaine forme de racisme et de népotisme, ils soulignent qu’au niveau de l’Ecole élémentaire située à Mermoz, il ya plus d’un an une histoire de pédophile et de détournement s’était déclarée, défrayant la chronique.

Tirant à boulets rouges sur le directeur qui disent-ils « règne en vrai dictateur », les enseignants révèlent qu’il refuse même de serrer la main aux enseignants qu’il traite d’athée car ils portent des amulettes.

Drôle et triste à la fois, les râleurs révèlent que « pour une note de 6/10 donnée en dessin à sa fille, il s’est plongé dans une colère noire allant même jusqu’à menacer tout enseignant qui s’aventurait à donner à sa fille une mauvaise note. »

Poussant plus loin les indications, ils soulignent que toute revendication est synonyme de licenciement.

« En bon dictateur, il est parvenu à diviser le personnel Turcs et Sénégalais du Directeur Général. C’est le même climat délétère qui règne à l’Ecole élémentaire de Thiès et à la maternelle sise à Sud Foire » chargent les frondeurs.

Ces enseignants regroupés en collectif, comptent boycotter la surveillance et la correction des tests d’entrée prévus le 14 mai et disent vouloir dérouler d’autres plans d’actions pouvant aller jusqu’à déclarer « persona non grata » le Directeur de l’Ecole Elémentaire.

Pour avoir leur version, nous avons tenté à plusieurs reprises de joindre un responsable du groupe incriminé, mais le téléphone sonnait toujours dans le vide.

Fara Michel Dièye


À voir aussi

Mariage mixte à Saly La chasse au «blanc», un véritable phénomène

  A Saly Portudal, nombreux sont les jeunes qui rêvent que de rallier l’Europe. Et …

Times Magazine : Taylor Swift, Ashley Judd… « les briseuses de silence » élues « Personnalités de l’année »

Comme chaque année en décembre, le magazine TIMES élit et met en en couverture la …