Accueil / SOCIETE / Louga : l’Institut islamique de Coki se dote d’une mosquée à deux niveaux d’un coût de 615 millions

Louga : l’Institut islamique de Coki se dote d’une mosquée à deux niveaux d’un coût de 615 millions

L’Institut islamique Cheikh Ahmadou Sakhir Lo de Coki (Louga), qui accueille quelque 3500 élèves, a étrenné vendredi sa nouvelle mosquée de deux niveaux d’un coût global de 615 millions débloqués essentiellement par ses anciens pensionnaires, a constaté le correspondant de l’APS.

La construction de cette imposante mosquée de deux niveaux carrelée de bas en haut et dotée de tapis provenant de la Turquie a été facilitée en grande partie par l’opérateur économique Abdoul Aziz Sylla, Serigne Mboup et tant d’autres anciens pensionnaires de ce « daara ».

La prière d’ouverture de l’édifice s’est faite ce vendredi en présence du président du Conseil économique et social, Ousmane Masseck Ndiaye, du gouverneur de Louga El hadji Diallo, des députés Iba Der Thiam et Aïda Mbodji, du sénateur Pape Diop, etc.

L’inauguration de l’édifice religieux a coïncidé avec la 30-e journée islamique annuelle de l’Institut, organisée par l’association des anciens du « daara » fondé en 1939 par Serigne Cheikh Ahmadou Lo et qui reçoit des apprenants du coran, de l’arabe, du fikh et du français en provenance des régions du Sénégal et des pays limitrophes.

Les responsables de ce temple du savoir religieux, fortement préoccupés par la prise en charge des 3500 élèves du « daara », ont émis l’idée de mettre sur pied une fondation, selon Serigne Fallou Lo, porte-parole de l’actuel guide moral de l’Institut Serigne Mactar Nar Lo.

« Loger, nourrir et soigner sur place les quelque 3500 talibés avec le soutien de bonnes volontés n’est pas chose aisée et il serait mieux de créer une fondation avec des revenus stables pour mieux s’en sortir », a-t-il dit.

« L’appui de l’Etat pour alléger les charges de l’Institut est un devoir mais point une cause à plaider », a soutenu, pour sa part, l’ambassadeur et ancien du « daara », Mouhamed Diouf de Bargny.

L’opérateur économique Serigne Mboup qui a étudié et enseigné dans le « daara » a quant à lui soutenu que la subvention de l’Etat doit être une « obligation » pour un établissement qui a rempli toutes les conditions requises.

Le « daara » de Coki, parti d’une case, a toujours été sur la voie de la modernisation depuis 1945, a soutenu le président de la Chambre de commerce de Kaolack, relevant que la fondation en gestation permettra de régler en toute quiétude les différents problèmes du « daara ».

La Journée islamique a été ponctuée par un récital du Saint Coran, une communication du docteur Mouhamed Lo sur « la place et le rôle de la mosquée dans l’islam » et divers autres interventions et témoignages d’anciens talibés.

En outre, les dirigeants de l’Institut ont reçu du gouverneur El hadji Diallo une enveloppe de 10 millions offerte par le président de la République, un appui de 500.000 francs CFA et de 2 tonnes de riz du ministère de la Famille remis par le directeur de cabinet Ciré Lo. M. Lo rappelé l’exécution en cours à Coki d’un projet d’embouche bovine financé à hauteur de 6 millions.

APS

À voir aussi

L’APS renoue avec la grève

L’Agence de Presse sénégalaise (Aps) va renouer avec la grève. Selon le secrétaire général de …

Femme charcutée: Salimata Diaw jugée mardi prochain

Salimata Diaw sera jugée mardi prochain. Cette dernière est accusée d’avoir charcuté à la machette …