Accueil / ECONOMIE / PLAN DE CONVERGENCE POUR LA GESTION DES ECOSYSTEMES FORESTIERS Les forêts ou les écosystèmes forestiers contribuent à la génération de revenu

PLAN DE CONVERGENCE POUR LA GESTION DES ECOSYSTEMES FORESTIERS Les forêts ou les écosystèmes forestiers contribuent à la génération de revenu

Les experts des eaux et forêts, ainsi que les techniciens du ministère de l’écologie et de la protection de la nature, se sont penchés hier, sur l’élaboration consensuelle du rapport pays du Sénégal, pour ressortir les données sur le cadre biophysique, la socio-économie, les contraintes et les performances du secteur forestier, la gouvernance forestière et les nouvelles opportunités de financement du secteur. Ceci, pour mettre sur page, le rapport pays du Sénégal et de 15 autres Etats, membres de la CEDEAO, afin que les consultants internationaux puissent élaborer le plan de convergence pour la gestion et l’utilisation durables des écosystèmes forestiers en Afrique de l’ouest.

L’élaboration de ce document a rassemblé donc, hier, le représentant du commissaire en charge de l’agriculture, de l’environnement et des ressources en eau de la CEDEAO, Moussa Leko, le représentant de l’union internationale pour la conservation de la nature, Matar Diouf, le Directeur des Eaux et forêts, Baba Sarr, Amadou Ouattara, représentant résident de la FAO et enfin, Lamine Diagne, conseiller technique au ministère de l’écologie et de la protection de la nature.

La forêt ou les écosystèmes forestiers contribuent largement à la génération de revenus, à l’approvisionnement en énergie domestique et constituent un capital fructifiable, à travers une gestion durable, au profit des générations actuelles et futures. Dans le même ordre d’idée, a révélé le Directeur des Eaux et Forets, « l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que plus de 60 % de la population des pays en voie de développement dépendent des extraits de plantes tropicales, pour les soins de santé primaire. Les forêts contribuent plus à soutenir les moyens d’existence locaux, que l’aide au développement vers les pays les moins avancés ».

Cette rencontre est d’autant plus importante qu’il existe au Sénégal, près de 200 forêts classées, en plus de celles communautaires et des forêts villageoises. Cependant, a regretté le représentant de l’UICN, « combien de ces forêts classées gardent encore les indicateurs écologiques exigés d’une forêt classée, même si cela n’est pas spécifique au Sénégal ».

L’objectif de cette rencontre sera donc propédeutique à la préparation du Plan de convergence sous régional, pour la gestion et l’utilisation durables des écosystèmes forestiers, en Afrique de l’ouest. L’objectif, a rappelé Moussa Leko, sera de doter la sous-région d’un cadre fédérateur à partir duquel, les Etats membres conviennent d’engager leurs actions forestiers sur la base d’une approche holistique et éco-systémique, en vue de contribuer à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement et le développement durable en Afrique.

Mamadou DIOUF

REWMI QUOTIDIEN

À voir aussi

ODD :Le monde n’atteindra pas les cibles énergétiques d’ici 2030

Malgré les progrès significatifs accomplis ces dernières années, le monde n’est pas sur la bonne …

Environnement: L’Union européenne planche sur une taxe kérosène

Une étude commandée par la Commission européenne recommande de taxer le kérosène des avions, à …