Accueil / SOCIETE / Un jeune sénégalais crée une nouvelle confrèrie… le nabisme

Un jeune sénégalais crée une nouvelle confrèrie… le nabisme

Une nouvelle confrérie religieuse est née au Sénégal Serigne Pathé Kébé Khalilou Khadimou Rassoul, khalife général du Nabisme. Nous sommes bien au Sénégal, pour ceux qui l’ignorent, le Nabisme est une confrérie religieuse fondée en 2004 par un jeune, très jeune sénégalais de Sédhiou, sa «terre promise.» Hier, le fondateur de la nouvelle confrérie a fait face à la presse pour la première fois, afin dévoiler les préceptes qui sous-tendent sa communauté, le Nabisme. Révélations.

Source : L’Observateur
Le nouveau Khalife général est né en mars 1980, pourtant sa confrérie se targue déjà de milliers de talibés au Sénégal et à l’étranger. Serigne Pathé Kébé fils d’Amina est né dans le Pakao et dit avoir reçu le pseudonyme de « Khalilou Khadimou Rassoul » à travers un rêve. Dans lequel il a rencontré le vénéré fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba. Le Nabisme, selon son fondateur, est basé sur la trilogie «tolérance-patience-méfiance», mais aussi et surtout sur la primauté du parent sur le guide spirituel. Une défiance aux autorités religieuses de la place ? Khalilou Khadim Rassoul s’en défend car « le Nabisme, science de la bonne conduite n’est pas venu pour la concurrence. Il est descendu par la grâce divine et ses talibés éparpillés un peu partout au Sénégal et dans le monde ne cessent de propager son influence à travers le monde.» Khalife malgré son jeune âge, un de ses talibés ne s’en émeut point, son guide a puisé dans les océans célestes que sont Mouhamed(PSL) et Khadimoul Rassoul. Très en verve, le khalife, «un ancien du ghetto» (c’est lui qui le dit) s’est prononcé sur le sens du «Ndiggël» religieux qui, selon lui ne doit porter que sur la religion. À ses talibés, il ne cesse d’insister «si je vous donne un ordre basé ailleurs que sur un précepte religieux, refusez ; tout ce qui concerne votre vie d’ici exige votre libre-arbitre, le choix vous appartient». À l’instar du prophète Moïse et le Sinaï, Serigne Pathé Kébé fait du Pakao (Sédhiou) sa terre promise. Lieu où sa fameuse rencontre avec Khadimou Rassoul a eu lieu, un soir, sur les berges du fleuve. Serigne Touba lui aurait guidé sur un pont doré lui fît prier deux « rakka » avant de l’interpeller « anta khalilou khadimou Rassoul » (tu es l’ami de l’esclave de Dieu).Depuis, il a pris le pari de rassembler autour de sa confrérie les personnes désemparées pour une bonne vulgarisation de l’Islam et du Saint Coran. Les disciples du mouvement, appelés « nabistes » appèlent leur guide affectueusement « la boussole ». Celle qui ne leur fera pas perdre le nord, mais retrouver la voie spirituelle du salut. Déjà, le khalife a affirmé tout son dégoût de la drogue, du matériel et de la paresse. Le cahier de charge pour tout prétendant au « tarikha », c’est le respect des parents, le travail et la propreté. Les rastas sont honnis. Le Nabisme n’a que trois ans, son khalife 27. Rien que ça, mais la valeur de l’homme n’attend point le nombre des années, dit-on. Qui ose en douter ?


À voir aussi

Mariage mixte à Saly La chasse au «blanc», un véritable phénomène

  A Saly Portudal, nombreux sont les jeunes qui rêvent que de rallier l’Europe. Et …

Times Magazine : Taylor Swift, Ashley Judd… « les briseuses de silence » élues « Personnalités de l’année »

Comme chaque année en décembre, le magazine TIMES élit et met en en couverture la …