ACTUALITE

A défaut d’un vrai débat politique, on bande les muscles. (Par Isaac Sissoko)

  • Date: 3 novembre 2015

L’image est décalée, mais elle est bien caractéristique de l’état d’esprit des élus au Sénégal. Au moment où le Président de la République procède, comme il l’a décidé depuis le début de son mandat, à la levée des couleurs tous les premiers lundi de chaque mois, au moment où il (le Président de la République), droit dans ses bottes, dressé comme un piquet, envahi par l’émotion, parce que conscient à ce moment précis de la charge et de la responsabilité qui lui incombe, essaie d’incarner « Un Peuple, Un But, Une foi » ; à quelques encablures, dans une auguste institution de notre pays, des élus, dépositaires aussi du suffrage universel, incarnent allégrement « une borne fontaine, un bordel et une foire aux empoignades ».

Question : Dans ce contexte, qu’on nous explique par quelle magie nous allons atteindre l’émergence ? Nous nous posons la question d’autant plus que nous avons conscience, qu’au-delà du beau document rédigé et appelé Plan Sénégal Emergent, l’émergence doit commencer par une révolution des mentalités et des comportements. Et l’exemple doit venir d’en haut, de ceux qui « gouvernent » au sens propre comme au sens figuré.

Que diantre !!! Dites-nous Messieurs, Mesdames les élus du peuple, n’est-il pas possible de poser les problèmes dans le cadre d’un débat ouvert, franc et objectif, en privilégiant l’INTERET GENERAL ? Le dialogue est – il devenu à ce point impossible pour que vous nous offriez ce spectacle qui ne grandit point notre démocratie.

Nous sommes prompts à dire que notre pays n’a jamais connu de coup d’état, que nous votons depuis plus de cent ans, que nous sommes un pays de dialogue et de téranga, mais si vous les élus, n’êtes pas capables de vous comporter en dignes représentants du peuple, franchement qu’attendez-vous de ce peuple ?

Nous constatons avec beaucoup d’amertume que le débat politique est inexistant, à la place de vrais échanges sur les enjeux et le futur du Sénégal, on nous offre des invectives, des injures, des grossièretés, des combines et combinaisons politiciennes dictées par des états-majors, pendant que le peuple attend des vraies solutions à ces préoccupations.

Il y a vraiment un décalage entre l’exécutif et le législatif, et quand bien même il faut veiller à la séparation des pouvoirs, il urge d’apaiser les esprits et de se mettre réellement au travail. Le Gouvernement a besoin d’une Assemblée Nationale sereine, des députés vigilants sur les propositions, qui contribuent et qui essaient de faire avancer le schmilblick…..Les deux forment un bloc et doivent travailler et avancer ensemble… l’échéance est fixée dans le PSE et l’émergence ne se décrète pas…

Le peuple exige un comportement de ses élus – à tous les niveaux- et les uns ne peuvent pas essayer de faire avancer les choses, pendant que les autres font tout pour semer la zizanie et la discorde.
Sachez qu’il (le peuple) vous observe et que c’est lui la vraie opposition et le vrai pouvoir.
Sa déception sera à la hauteur du coup de pied qui sera infligé, et cela personne n’y pourra rien….

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15