ACTUALITE

A MOINS DE 72 HEURES DE LA TABASKI LES MOUTONS REMPLISSENT LES POINTS DE VENTE, MAIS RESTENT INTOUCHABLES

  • Date: 10 septembre 2016

La crainte de voir Dakar ne pas être suffisamment approvisionné en moutons se dissipe. En effet, hier, à 72 heures de la fête de la Tabaski, les points de vente de la capitale se sont remplis de béliers. En revanche, les prix sont hors de portée des acheteurs.

A moins de 72 heures de la fête de Tabaski, les moutons continuent toujours d’envahir les villes et les points de ventes se multiplient. Cependant d’un côté, les clients dénoncent la cherté des prix. C’est le cas du Vieux Makhtar Lo, ce père de famille qui est très remonté contre les vendeurs de moutons. «Tout le monde sait qu’il y’a beaucoup de moutons cette année. Parce que hier rien qu’à Rufisque, beaucoup de camions remplis de moutons étaient stationnés et ils n’avaient même pas de place pour décharger leur bétail», a d’abord expliqué le vieux.

Cependant, a-t-il martelé : «Malgré tout cela, je n’arrive pas à comprendre  qu’on nous dise que dans les points de vente, on ne peut pas trouver un mouton à 50 000 francs Cfa. Les vendeurs de moutons doivent au moins aider les pères de familles afin qu’ils aient au moins un mouton pour que leurs enfants n’aillent pas ailleurs pour demander de la viande le jour de la fête. Car s’ils ne le font pas, ils seront obligés de payer encore pour ramener leur bétail dans les campagnes».

Pour Moustapha Ba,  un autre client trouvé sur les deux voies de Liberté 6 avec un mouton relativement moyen, «il y a suffisamment de moutons à Dakar, mais les prix sont excessivement chers. Ce mouton que vous voyez, je l’ai acheté à 90 000 francs Cfa ce qui est anormal. Parce que dans les normes, ce mouton ne devait pas être vendu à ce prix. Et  si on me le vend à ce prix, c’est parce que j’ai beaucoup marchandé avec le vendeur».

Dans le même registre, il a ajouté:«Ce qui est loin d’être normal, car nous sommes au Sénégal et les moutons ne doivent pas être vendus à une certaine somme et surtout les moutons qui viennent du Nord Sénégal. Leurs propriétaires ne dépensent presque rien sur ce bétail, car ils broutent de l’herbe et boivent l’eau des rivières. Alors qu’est-ce qui doit donc expliquer leur cherté ?». Il a terminé en indiquant: «Aujourd’hui, beaucoup de pères de familles attendent la veille de la Tabaski pour amener leurs moutons à la maison, car ils ne veulent pas que les voisins voient le petit ruminant qu’ils ont acheté tellement qu’il est maigre. Et tout cela, c’est le fruit de la hausse des prix de moutons».

Du côté des vendeurs, si certains rejoignent les clients qui se plaignent de la cherté du mouton, d’autes jouent la carte de l’apaisement. Selon Omar Yade, vendeur de moutons trouvé au terminus Liberté 5, «les prix des moutons ont haussé. Et cette année, il n’y a pas suffisamment de moutons par rapport à l’année dernière. Nous, la plupart des moutons que l’on vend, leurs prix varient entre 150 000 et 250 000 francs Cfa. Et je conseille aux acheteurs de venir déjà  acheter leurs moutons au lieu d’attendre la veille, car ce qui s’était produit les années précédentes peut encore se reproduire». Néanmoins, dit-il: «Ici, presque tous les moutons sont déjà vendus. Seulement, leurs propriétaires les ont laissés ici, car ils n’ont pas assez d’espace dans leurs maisons  pour garder un mouton».

Le Populaire

1 Comments

  1. comme chaque année

Comments are closed.

Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15