ACTUALITE

À QUAND LE VOTE ÉLECTRONIQUE AU SÉNÉGAL ?

  • Date: 18 mars 2016

 Les réseaux sociaux font fureur. Les hommes politiques s’inscrivent même en masse. Au Sénégal, c’est la fièvre du net. Et bizarrement, voilà que 200 mille Sénégalais ne vont pas pouvoir voter pour ce référendum du 20 mars 2016  qui vaut de l’or. À cause des grandes avancées et ces nouveautés. Pourquoi n’avoir pas mis en place le vote électronique ? Avec moins de stress, de moyens financiers, et surtout un gain de temps, de papiers, d’isoloirs, etc.

Des citoyens sénégalais risquent d’être privés de leur devoir. À qui la faute ? À tous ceux qui sont chargés d’organiser les élections, à nos politiciens de tous bords, aux Sénégalais, dans leur ensemble qui ne font plus travailler leurs neurones. Pourquoi n’avoir pas essayé le vote électronique ? Une solution simple et accessible. Aujourd’hui, sur les sites internet, c’est la guerre des slogans, affiches, intentions de vote. Une campagne qui a pris une autre tournure. Parce que la politique s’y est immiscée. Alors que quelque part, il manquait un maillon essentiel à la chaîne. Ces électeurs qui ne participeront pas au suffrage. Parce qu’il n’y pas eu une autre alternative.

Un vote électronique qui ne demande pas toute cette mobilisation, ce stress de pièces non disponibles, ces factures aux imprimeries, ces rouleaux de papiers qui ne pourront même pas faire l’objet de rebuts, ces factures aux sous-traitants et entreprises, des commandes si chères. Ce sont des milliards injectés, décaissés et qui pourraient être mieux répartis.

Beaucoup d’économie avec le vote électronique, peut être pas pour tous les Sénégalais. Mais pour une bonne partie. L’électeur resterait chez lui, et accomplirait son devoir civique, en toute liberté. Et sans trop se triturer les méninges. Finies les longues files, l’encre au bout des doigts, les heures interminables d’attente. Les salles de classe, déjà délabrées et qui ne seront pas réhabilitées. Pourtant, nombre de nos politiciens sont connectés 24 heures sur 24. Ils surfent, tchattent, créent des profils, mais dans leurs discussions, ils oublient les belles idées, pour encore, plus mettre en marche le Sénégal. 200 000 compatriotes devront prendre leur mal en patience. À cause des caprices d’une machine trop chargée.

Pour rappel, beaucoup de pièces administratives sont en souffrance, dans les commissariats. Perdues, volées et attendant leurs propriétaires. Pourquoi les services spécialisés ne mettent pas leur ingéniosité en sensibilisant et organisant des journées de collecte ou de restitution des cartes ?

Aujourd’hui, ces belles réformes mises en place par le chef de l’État n’auront plus toutes leurs substances. Parce que c’est une victoire à moitié savourée.

Ndèye DIAW

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15