Accueil / SOCIETE / A quelques heures de l’arrivée de Macky Sall à Kaolack- Taïba Nianguène étale sa colère

A quelques heures de l’arrivée de Macky Sall à Kaolack- Taïba Nianguène étale sa colère

Le Village de Taïba Nianguène, situé dans l’arrondissement de Ndiédieng, souffre de tous les maux : mauvaises routes, non accès aux soins, campagne arachidière calamiteuse.

 A quelques heures de la visite du président Macky dans la région de Kaolack, les populations Taïba Nianguène ruminent leur colère. A l’occasion  de leur ziara  annuel tenu ce samedi, elles ont interpellé le Chef de l’Etat sur les maux dont elles souffrent. Il s’agit du mauvais état des routes sur l’axe Lamarame – Ndiédieng distant de 9 Km et Lamarame – Taïba Nianguène 3 km. « Ce tronçon est très cahoteux. De Senghor à  Abdou Diouf, jusqu’à Abdoulaye Wade en passant par Macky Sall, cette route n’a jamais été réfectionnée. Alors nous demandons la réhabilitation de cette route. Dans le domaine des infrastructures sanitaires, le village ne dispose que d’une case de santé qui n’est pas fonctionnelle et non équipée. Les villageois parcourent des kilomètres pour aller se soigner à Ndiédieng, Keur Socé ou  jusqu’à l’hôpital régional de Kaolack », a expliqué Serigne Alioune Niang, neveu du Khalife de Taïba Nianguène. Il tire aussi un bilan négatif des deux mois de la campagne agricole. « Les déclarations du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural sur la campagne arachidière dans le Saloum sont fausses », martèle-t-il. Avant d’ajouter : « Nous sommes déçus de Macky Sall parce que depuis 2009, nous le soutenons, mais il n’a aucune considération à notre endroit. Et pourtant, dans les moments difficiles, mon père l’a beaucoup soutenu. Mais depuis qu’il est devenu Président de la République, il nous a complètement oubliés ». Se prononçant sur la campagne arachidière,  le neveu du Khalife de Keur Niang en rajoute une couche rageuse: « Si on dit que la campagne est bonne, c’est faux.  Depuis 20 jours, on a déposé nos graines à Kaolack et nous n’avons pas vu la couleur de l’argent. Pire, on achète l’arachide à 185 F le kg et si tu refuses de vendre à ce prix,  tu risques de vivre dans la famine. Cette campagne est une misère pour les paysans ». Ce n’est pas tout !  Dans ce village, les paysans sont en train de brader leurs récoltes dans les ‘’Loumas’’ (marchés hebdomadaires) à des prix dérisoires, entre 150, 160 et 185 F.  En outre, ajoute-t-il,  les paysans sont confrontés à un énorme problème de semences et d’intrants. « Nous sommes dans le désarroi total. Les deux moulins que compte le village sont tombés en panne », dira Serigne Alioune Niang.

Ndèye Fatou Thiam (Correspondance particulière)

À voir aussi

Revue de presse du Samedi 23 juin

La presse sénégalaise parue samedi anticipe le match Sénégal-Japon de ce dimanche dans le cadre …

Espagne: 418 migrants secourus ce samedi

418 migrants ont été secourus samedi matin au cours de trois opérations menées au large …