Accueil / Confidences / A la rencontre du président du MEDS- ALA, le Paris fou de Mbagnick Diop !

A la rencontre du président du MEDS- ALA, le Paris fou de Mbagnick Diop !

L’Observateur-Pour célébrer l’Excellence, il n’y a  pas deux comme lui dans le pays, voire le continent. Après le succès des Cauris d’Or, dont l’écho triomphant a traversé les portes de l’Afrique, c’est à Paris, au cœur de la ville lumière, que Mbagnick Diop, président du Mouvement des Entreprises du Sénégal, convie l’intelligentsia africaine pour la première édition des African Leadership Awards. Concept innovant pour célébrer le modèle africain à travers le monde, mais aussi un moment de communion et de mise en réseau des décideurs des secteurs d’activité constituant le moteur et l’énergie de l’entrepreneuriat africain. Un rendez-vous désormais annuel que le concepteur du projet rencontré par l’Obs, explique dans les détails. Un véritable appel à l’Excellence.

M. Diop, dans  quelques jours, se tiendra à Paris la première édition des African Leadership Awards (ALA). Ce devrait être une grande fête pour célébrer l’Excellence africaine?

C’est clair! C’est l’Afrique qui va à l’assaut de Paris. Au propre comme au figuré. Le temps d’une grande soirée, le gratin de l’élite africaine prendra possession d’un somptueux réceptif de la capitale française pour célébrer, le 4 novembre, le talent, la compétence,, la performance, le brio, le culot et l’audace. En un mot, l’Entreprise. Comme vous le savez, l’Afrique vient de s’engager  dans une nouvelle ère de développement grâce, notamment aux grandes mutations économiques au niveau mondial, à un nouveau processus de transformation des économies nationales et sous régionales, mais avec aussi l’émergence d’une nouvelle classe générationnelle qui tente d’impulser une nouvelle dynamique dans le modèle de gouvernance des Etats et de l’Entreprise privée. Mais la construction d’une gouvernance économique continentale ou sous régionale en Afrique, qui soit efficace et pérenne, pose le préalable de la constitution d’un socle organisationnel unique pour tous les Etats, mais aussi d’une vision commune et partagée entre tous les grands leaders des pays. Dès lors, la question du leadership africain se pose. C’est dans ce contexte que le groupe Promo Consulting en partenariat avec le Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS) d’une part et l’Union économique et monétaire ouest Africaine (Uemoa) d’autre part, anime à travers l’African Leadership Awards, le sujet sur le leadership entrepreneurial, ainsi que sur le leadership politique ou d’Etat.

Le concept des ALA est salutaire, mais pensez vous qu’il va opérer ?

Le concept opère déjà, parce qu’il a traversé les époques. La somme des années et des épreuves sur un théâtre moins évident  renforce la perspective qui s’ouvre désormais dans la ville-lumière. Une organisation millimétrée pour un publique exigeant. La force la singularité de cet événement réside justement  dans cette combinaison de savoir-faire et de culture. ALA invente un autre langage pour avoir une prise sur la réalité contemporaine. En clair, ce dîner de gala sera riche de mille rencontres constellées d’échange. Ceux qui préparent l’Afrique de demain seront dans cette salle.

La question du leadership africain est quant même une question assez sérieuse…

Vous savez, l’intégration régionale en Afrique est aujourd’hui abordée par les dirigeants avec beaucoup d’intérêts, car elle constitue pour le continent ou ses différentes aires économiques, la principale voie de salut pour l’émergence économique. Et la question du leadership en Afrique implique trois catégories d’acteurs : les hommes politiques,  les dirigeants d’entreprises et les élites intellectuelles. La combinaison d’actions entre  ces acteurs contribuera certainement à une meilleure conduite des projets de développement économique et social dans le continent. Le rapport de 2014 du forum économique mondial (Fem) identifiait deux problèmes majeurs dans le leadership en Afrique. D’abord un déficit de leadership, ensuite un manque de confiance dans les politiques en programmes que mènent les dirigeants. Il est aujourd’hui certain qu’en Afrique un bon leadership est crucial dans la conduite des projets de développement économique et social, pour mieux exploiter la fenêtre d’opportunités qui s’est ouverte à elle, ces dernières années. C’est pourquoi l’Afrique s’est lancée à la quête de dirigeants avisés et responsables, pour la conduite de son vaste projet de développement , qui passe d’abord par une profonde transformation structurelle de nos économies respectives. Une des raisons des African Leadership Awards. Ce qui fait que récompenser les illustres décideurs africains, qui se sont distingués sur le continent et l’international, et qui donnent l’image d’une Afrique  prospère, est non seulement, une source de fierté, mais une nécessité pour stimuler  les compétences. Plus que jamais, à l’heure ou l’Afrique  doit défendre son modèle dans le monde, nous devons avoir à cœur d’illustrer  son excellence, de démontrer sa capacité à se surpasser et  à répondre aux attentes de la modernité.

Mais l’organisation d’un tel événement à Paris, la plus belle ville du monde, ne doit pas être simple…

Çà reste un challenge. Je tiens d’ailleurs à souligner que l’organisation d’un tel événement est avant tout une aventure collective. J’en profite pour exprimer mes félicitations à l’ensemble des membres du comité d’organisation qui ont sacrifié des soirées et parfois des nuits pour que les African Leadership Awards se réalisent. Mais aussi remercier nos partenaires, qui occupent une place importante dans les cérémonies traditionnelles de remise des prix du Meds et de Promo Consulting. Certes nous pouvions nous contenter de gérer le succès des Cauris d’Or, un concept qui marche bien, une machine qui tourne à fond et connue comme bien huilée. Mais au Meds nous avons toujours considéré le succès comme une conséquence et jamais comme un but. Nous nous fixons comme nouvel objectif d’offrir à l’intelligentsia et l’élite africaine une plateforme de célébration de l’excellence. L’organisation de cet événement à l’echelle internationale constitue un moment de communion et de mise en réseau des décideurs des secteurs d’activités constituant le moteur et l’énergie de l’entrepreneuriat africain. Nous avons fait le pari par rapport aux succès des Cauris d’Or, d’élargir la célébration de l’excellence aux 55 pays africains.

Quels sont les grands hommes d’affaires du continent qui sont conviés à cette fête du leadership Africaine ?

Il y’aura tous les grands du Continent. Ils seront tous là. Retenez, sans entrer dans les détails, qu’il y’aura des Anglophones, des Francophones, sans oublier les Lusophones et les pays du Maghreb. Dans cette salle, Peuls, Bambaras, Berberes, Cuando, Yoruba, Haoussa, Bamiléké, Bamoun, Baoulé, Bobo, Fang, Kikuyu, Shona, Mossi, sans oublier les Wolofs, seront réunis, pour ensemble, faire briller le ciel parisien qui sera africain le 4 novembre prochain. Ce sera une occasion de mettre en lumière les Africains qui, par leurs qualités professionnelles, mais aussi humaines contribuent de manière exceptionnelle, au rayonnement de notre cher continent.

Pape Sambaré NDOUR    

À voir aussi

Hydrocarbures : Macky cédera-t-il aux tentatives du géant italien Claudio Descalzi ?

Le président sénégalais Macky Sall a accueilli cette semaine le directeur général d’Eni (société nationale …

Retard des paiements des bourses: L’Etat accuse Ecobank

L’Etat a son bouc émissaire. S’il y a eu retard dans le paiement des bourses …