téléchargement (2)

Abdou Karim Sall, responsable de l’Apr à Mbao «La réussite du Pse exige un leadership fort»

 

 «L’enjeu essentiel pour la réussite du Pse exige de fortes capacités d’impulsion de l’Etat et un leadership fort ». Ces paroles sont d’Abdou Karim Sall, responsable de l’Apr à Mbao, en même temps directeur général de l’Artp.

Pour lui, «le Sénégal a toujours engagé des réformes surtout avec l’accession de Macky Sall à la tête du Sénégal ; à cet effet, un programme accéléré de réformes pour la modernisation de l’administration publique dans le but de l’adapter aux exigences de performance. Il faut nécessairement procéder à des réformes. Beaucoup de mesures ont déjà été initiées, notamment la finalisation du plan de développement du parc de production d’électricité, fondée sur une politique de mix énergétique associant le charbon, le gaz naturel, l’hydroélectricité et les énergies renouvelables. Les grands axes de l’Etat, sont visibles. Pas mal d’investissements qui ont été faits. C’est ce qui prouve que notre économie est revenue en hausse », explique Abdou Karim Sall, selon qui : « il y a également les mesures visant à restaurer les marges de manœuvres budgétaires de l’Etat, tels que l’accroissement des recettes budgétaires (modernisation des administrations fiscales) et la rationalisation des dépenses publiques (restructuration des agences, suppression des logements conventionnés, plafonnement de la facture de téléphone de l’administration, etc.) ; la rénovation de l’environnement institutionnel et juridique du partenariat public-privé », poursuit-il. Il y ajoute que : « la mise en place du Fonds souverain des investissements stratégiques (Fonsis), de la Banque nationale de développement économique (Bnde) et du Fonds national de garantie et d’investissements prioritaires (Fongip), etc. D’autres réformes devront être menées ou poursuivies d’ici à 2016 pour améliorer substantiellement l’environnement des affaires. Dire que le Sénégal fait partie des pays pauvres, sans se baser sur des chiffres, des bilans et des études, n’est pas conforme aux règlements de nos Etats », estime le directeur de l’Artp. Il rappelle aux responsables notamment ceux qui sont favorables pour l’Apr de défendre l’intérêt des Sénégalais. Toujours est-il que pour lui : « il existe des réformes qui devront également être accompagnées par une diplomatie économique proactive, un approfondissement de l’intégration régionale pour renforcer la stabilité régionale, saisir les opportunités par les marchés extérieurs et favoriser une plus forte implication des Sénégalais de la diaspora dans les efforts de développement national. Des rapports et des dénonciations par rapport au classement de notre pays sur le banc des pays pauvres reste à diagnostiquer ».

Sada MBODJ

Voir aussi

telechargement-3

DONNÉES INFORMATIQUES AFRICAINES La Sonatel lance un « DATACENTER »

La Société nationale des télécommunications (SONATEL) est en train de finaliser les travaux de construction …