Accueil / POLITIQUE / Abdoul Mbaye: «Mimy Touré confond candidat à la candidature et candidat à l’élection présidentielle»

Abdoul Mbaye: «Mimy Touré confond candidat à la candidature et candidat à l’élection présidentielle»

Le Front de résistance nationale (Frn) a déposé hier son recours auprès de la Cour suprême de Dakar. Abdoul Mbaye a profité de l’occasion pour recadrer l’envoyée spéciale du Président de la République, Aminata Touré.

Abdoul Mbaye s’en prend à son successeur à la primature, Aminata Touré, qui déplorait la pléthore de candidats (80) à la prochaine présidentielle. Laquelle se serait, selon Abdoul Mbaye, emmêlée les pinceaux en confondant candidat à la candidature et candidat à l’élection présidentielle.

« C’est triste qu’à ce niveau de responsabilité, qu’un ancienne ministre de la Justice puisse faire de telles confusions. C’est malheureusement ce qui arrive», regrette-t-il, déplorant que Mimy Touré « confond candidat à la candidature et candidat à l’élection présidentielle. »

Le président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (Act), qui faisait face à la presse, après le dépôt du recours, a dénoncé le plein-pouvoir d’Aly Ngouille Ndiaye.  « Le Ministre de l’Intérieur a outrepassé ses droits ». Toutefois, Abdoul Mbaye s’est dit optimiste quant à la suite qui sera donnée à leur recours.

Mais, précise qu’ils pourraient internationaliser le combat au cas où la juridiction suprême ne donnerait pas gain de cause à leur requête. « Nous avons également un recours d’accessoire en référé. Nous allons épuiser toutes les voies de droit possibles au Sénégal et à l’étranger pour obtenir gain de cause.

Et la justice sénégalaise doit désormais savoir qu’elle est sous les regards des juristes à l’international. Nous pensons que la justice sénégalaise doit tout faire pour préserver sa dignité et sa réputation », a indiqué Abdoul Mbaye, rappelant qu’ils ont toujours combattu la loi sur le parrainage.

« Nous avons à tout moment indiqué que nous étions en présence d’une loi inadéquate et scélérate, mais surtout d’une loi dont l’application allait poser problème.

C’est un modèle qui est ridicule, qui n’existe dans un aucun pays au monde ». Il poursuit : « Il est impossible pour le Conseil constitutionnel de vérifier les signatures qui figureront sur le format papier des fiches de parrainages. C’est l’échec de 7 années de gouvernance qui justifie tout ce que nous sommes en train de vivre actuellement ».

Georges Emmanuel Ndiaye

À voir aussi

Khalifa-Guirassy: Une alliance en vue

 L’ancien maire de Kédougou (2009-2014) a en effet rendu visite à ce dernier, à la …

Cour suprême: Khalifa jugé le 20 décembre

La Cour suprême a enrôlé l’affaire Khalifa Sall relative à la Caisse d’avance de la …