Accueil / ACTUALITES / Abdoulaye Diop, ministre de l’emploi : « Les jeunes doivent passer de chercheurs d’emplois à créateurs d’emplois »

Abdoulaye Diop, ministre de l’emploi : « Les jeunes doivent passer de chercheurs d’emplois à créateurs d’emplois »

Ministre de l’Emploi, de l’Insertion professionnelle et de l’Intensification de la Main-d’œuvre, Abdoulaye Diop a été, ce samedi, l’invité du Grand Oral. Sur les ondes de la 97.5 Rewmi FM, il a demandé aux jeunes d’être des créateurs d’emplois au lieu d’être des chercheurs d’emplois. Il est satisfait de l’organisation de la 17e édition du Forum du premier emploi par le Meds (Mouvement des Entreprises du Sénégal), en partenariat avec son ministère.

17e édition du Forum du premier emploi

Je remercie tous les organisateurs, à savoir d’abord le Meds (Mouvement des Entreprises du Sénégal) qui en est à sa 17e édition. Ça prouve que ce forum a de la maturité. Je remercie aussi l’ensemble du Gouvernement, à savoir le Président de la République, le Premier ministre, pour cette volonté, cette impulsion qu’ils veulent donner à la problématique de l’emploi. Vous savez que l’emploi est une question cruciale qui n’est pas spécifiquement limitée au Sénégal. C’est limité au niveau mondial. Je disais tantôt que l’emploi n’est pas forcément une question des pays les plus riches ou les plus pauvres, sinon les Usa n’auraient pas ce ratio de chômage. Sinon la 5e puissance mondiale qui est la France n’aura pas également ce ratio. Mais il reste entendu que de l’indépendance à nos jours, si on voit les politiques d’emploi de tous ces pays, le ton est donné par le chef de l’Etat. Il n’y a jamais eu autant de gouvernements qui ont pris cette question à bras le corps. Aujourd’hui, si on fait une analyse globale, on voit les statistiques au niveau du Sénégal qui sont valables pour l’Afrique de manière générale. L’Afrique va être le pourvoyeur d’emplois dans les 50 années à venir. Les Africains vont aller par rapport aux potentiels existants dans nos pays. Sur cette question, ce dont il faut se féliciter, c’est que le gouvernement n’a jamais mis autant de ressources, autant d’encadrements pour qu’on puisse passer de chercheur d’emploi à créateur d’emploi. Parce que ce sont des questions fondamentales sur lesquelles il faudrait travailler.

Partenariat entre le Meds et l’Etat pour l’organisation dudit forum

C’est une très grande satisfaction de voir l’ensemble des jeunes du Sénégal se retrouver pour réfléchir sur la question de la problématique de l’emploi. C’est heureux de voir aussi des structures sur place en train de faire des entretiens d’embauche, des recrutements. Le potentiel aujourd’hui au Sénégal, il est élevé. On a un potentiel jeune et il est heureux de savoir donner la chance, de donner une perspective à cette jeunesse-là. C’est là où je me félicite et je me réjouis de tout ce qui a été fait et c’est l’occasion de remercier le Président Mbagnick Diop du Meds. Aujourd’hui, le monde a changé. Le concept d’emploi aussi a changé. Si nous considérons que nous avons 127.000 fonctionnaires au Sénégal, plus de 50% de nos apports personnels, quand on considère aujourd’hui on va sur le budget de 3400 au Sénégal et que nos apports personnels, c’est ce que nous apporte la douane et la fiscalité, on est à 1600 et quelques. Cela veut dire que 50% de nos apports sont payés pour les fonctionnaires. Vous avez un ratio très simple. Vous avez moins d’1% de la population si je considère 127.000 employés qui vont utiliser plus de 50% de nos apports personnels. Cela prouve notre limite et aujourd’hui, il faut réfléchir autrement, il faut avoir une autre approche de l’emploi. Il faut encourager, réorganiser notre jeunesse pour que nos jeunes ne soient pas des demandeurs d’emplois, mais des créateurs d’emplois.

Adresse aux jeunes lors du Forum

C’est la confiance en soi. C’est de travailler avec le cœur. Aujourd’hui, nos jeunes ont de plus en plus beaucoup de talent. Il faut être talentueux. Il faut croire en son projet, il faut croire en son pays. Je crois que ce pays ne peut pas se faire sans cette jeunesse-là et que l’Etat central, le Chef de l’Etat a très bien compris cela aujourd’hui. C’est pourquoi il fait de telle sorte que tous les ministères mettent leurs énergies ensemble pour pouvoir apporter une solution viable à la problématique de l’emploi.

Pérennisation de ce partenariat entre le Meds et le Ministère de l’Emploi

Toutes les personnes, toutes les entités, toutes les structures qui travaillent dans ce cadre-là, on est des partenaires. Le patronat aujourd’hui dans tous les pays du monde, les grands recruteurs c’est les Pme/Pmi qui sont organisées dans les structures patronales ensemble, chacune en ce qui le concerne, pour pouvoir essayer apporter une solution à cette problématique.

Centre d’information pour les jeunes

Instruction a été donnée par le chef de l’Etat qui va se concrétiser via mes différents directeurs du Ministère de l’Emploi pour créer dans un premier temps, au niveau de tous les départements, un centre d’information et d’échange pour orienter les jeunes. Ça va être une vitrine pour notre département. Vous savez, les derniers statistiques ont fait état de 11% de taux chômage, ce qui n’est pas loin des différentes statistiques de la France qui était à 9.8. Ce qu’il faut faire aujourd’hui, c’est qu’on va utiliser nos propres potentialités en donnant plus de valeur sur la chaîne de valeur. L’organisation est là, les structures sont là. Il faut juste mettre ça en mayonnaise pour qu’ensemble nous puissions régler cette problématique.

Les leviers pour faire face au chômage des jeunes

C’est de les aider dans l’identification des projets. Les aider dans le cadre de la formation spécifique. Les aider dans les ressources, c’est-à-dire de mettre des fonds dans les structures de banque. Par ailleurs, la politique de l’emploi est une question globale. C’est une question globale qui va partir de l’identification déjà de nos demandeurs d’emploi, de l’organisation qui sied, des formations complémentaires qu’il faut y avoir, des recherches de financement qu’il faudrait mettre à leur disposition et de l’encadrement du suivi post budgétaire qu’il faut faire. Je crois que tout ce système, avec l’ensemble des autres ministères, nous sommes à point pour pouvoir accompagner et régler de manière cruciale ce problème.

La mise en place du PUMA (Programme d’urgence pour la modernisation des axes et territoires frontaliers), du PUDC (Programme d’urgence de développement communautaire)…

Aujourd’hui nous avons identifié toutes les niches d’emploi qu’il peut y avoir. De l’indépendance à nos jours, on ne s’est jamais occupé du désenclavement de ce pays. Avec le Pudc (Programme d’urgence de développement communautaire) qu’il faut féliciter au passage avec la disponibilité de l’eau, avec les pistes rurales, avec l’électrification rurale, avec tous les moulins qui ont été distribués pour alléger les travaux de nos ruraux, il faut les entretenir, il faut les accompagner. Avec l’ensemble de ces ministères, nous parvenons à mettre quelque chose sur pied qui fait que toutes les structures, de manière délocalisée, vont être encadrées et accompagnées dans ce cadre.

Création de la Haute intensification de la main d’œuvre (Himo) au Ministère de l’Emploi

Il faut retenir aujourd’hui que dans les grands investissements de l’Etat, quand on voit la nomenclature budgétaire, quand on voit aujourd’hui la nouvelle restructuration de ce pays qui est en train de s’organiser sur la bonne voie, en disant ouvrons ce pays pour que ce pays-là soit le Sénégal de tout le monde. Tout ça c’est de grands investissements de l’Etat. On parle aussi des emplois verts dans notre ministère. C’est comme son nom l’indique, c’est tout ce qui est dans le cadre de vie, l’aménagement de nos villes, de nos autoroutes, l’embellissement de nos environnements. Les jeunes doivent se l’approprier. Et quand je parle au niveau du Ministère des Infrastructures, on est en train de créer Ila Touba et ça doit être accompagné par une verdure. On est en train de faire des routes, on est en train de faire avec Promo villes. Tout cela doit être accompagné pour l’aménagement d’un cadre de vie.

Objectif en tant que ministre

L’objectif principal c’est de donner à nos concitoyens un justificatif pour qu’ils se réveillent à 6 heures, pour qu’ils s’occupent toute la journée avec toute leur dignité.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Mimy Touré: « Karim est un candidat épistolaire..’

Mimi Touré, ancien ministre de la Justice, demande à l’ancien ministre d’État de venir avec …

Le PM rencontre les syndicats d’enseignants

Selon les informations de l’As,  le Premier ministre Mohammad Boun Abdallah Dione va réunir aujourd’hui …