Accueil / SANTE / Abdoulaye Diouf Sarr fait de l’élimination de la tuberculose « un défi majeur »

Abdoulaye Diouf Sarr fait de l’élimination de la tuberculose « un défi majeur »

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr a indiqué, mardi à Dakar, que l’élimination de la tuberculose reste « un défi majeur » même si, dit-il, la maladie, longtemps contrôlée, a enregistré des taux de détection et de succès en progression constante.
« La tuberculose est un problème complexe et multisectoriel qui requiert une réponse systémique hautement coordonnée pour lutter contre les conditions qui déterminent la maladie » a-t-il dit à l’occasion du lancement de l’approche multisectorielle organisée en prélude à la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose.

Le but de cette activité initiée par le Programme national de lutte contre la tuberculose (PNT) est de sensibiliser les leaders à s’engager et entreprendre des actions pour accélérer l’élimination de cette pandémie.

La Journée mondiale de lutte contre la tuberculose sera célébrée samedi à Touba sur le thème : « Mobilisons les leaders pour mettre fin à la tuberculose » avec comme slogan principal : « Vous pouvez marquer l’histoire ».

Plusieurs ministères (Jeunesse, Education nationale, Femme et Justice) dont les déterminants ont un impact sur la prévention, la détection et le traitement de la tuberculose ont pris part au lancement de l’approche multisectorielle.

D’après le ministre de la Santé et de l’Action sociale, l’approche multisectorielle va cibler les déterminants socio-sanitaires de la maladie pour amener les secteurs à contribuer à la résolution des problèmes liés à la tuberculose à travers leurs propres organisations.

Entre autres déterminants sociaux, Abdoulaye Diouf Sarr a notamment relevé l’ignorance, la promiscuité, la stigmatisation, l’accès au traitement. Pour M. Sarr, réduire la charge tuberculose dans la population passe obligatoirement par une meilleure détection des cas manquants et une progression constante du succès du traitement.

« L’Etat continuera à maintenir la gratuité du traitement et du dépistage de tous les malades » a-t-il laissé entendre.

Le docteur Farba Lamine Sall, en charge du bureau de l’Organisation mondiale de la Santé au Sénégal a fait noter que, « bien que la Région africaine ait bien progressé dans la lutte contre la tuberculose, elle a toujours les taux les plus élevés au monde ».

« Et, souvent, c’est seulement la moitié des cas de tuberculose qui sont détectés par les systèmes de santé » a-t-il souligné. « Nous avons le plus grand nombre de patients infectés à la fois par le Vih et la tuberculose et nous constatons des augmentations alarmantes de formes de tuberculose qui résistent au traitement avec des médicaments courants » a relevé Dr Sall.

« Il est heureux, a-t-il dit, de constater que la multisectorialité occupe une place importante dans le nouveau plan stratégique 2018-2022 orienté vers la stratégie pour mettre fin à la tuberculose ».

C’est pourquoi, il a tenu à assurer de la disponibilité des partenaires techniques et financiers à poursuivre leur accompagnement au PNT dans la mise en œuvre des stratégies qui permettront à chaque secteur de jouer pleinement son rôle dans le combat visant à mettre fin à la tuberculose au Sénégal.

À voir aussi

Paludisme : 284 morts en 2017

Le paludisme continue de faire des ravages dans le pays. Selon le Professeur Daouda Ndiaye, …

Afrique de l’Ouest: L’OOAS souhaite renforcer les capacités des laboratoires

La cérémonie d’ouverture de l’atelier des auditeurs de la CEDEAO sur le processus graduel d’amélioration des …