20 octobre, 2014
Accueil » POLITIQUE » Abdoulaye Wade, un Mandela ?
Abdoulaye Wade, un Mandela ?

Abdoulaye Wade, un Mandela ?

L’ex-directeur de l’Ofejban, Boubacar Bâ, était en conférence de presse hier. Il s’est prononcé sur la convocation de Karim Wade, sur Me Wade et sur l’emploi des jeunes. Il a voulu aussi sonner l’alerte et faire part de ses inquiétudes par rapport à la manière dont les audits sont en train d’être conduits.
« Nous sommes tout à fait d’accord à ce qu’il y ait des audits et des poursuites, s’il y a des fautifs ; mais la manière qui est utilisée aujourd’hui est très cavalière. Elle a été une psychose autour des soi-disant accusés mais aussi de leurs amis, parce qu’une accusation collective subite, ça sent un doute car, une accusation est individuelle. Il faut que Macky Sall sache qu’il ne peut pas gouverner seul ce pays » a déclaré Boubacar Bâ, conseillant au chef de l’Etat de revoir son entourage. A l’endroit des libéraux, il rappelle que Me Wade leur a déjà indiqué la voie à suivre. « Le président de République, Me Abdoulaye Wade, nous a montré le chemin. Nous devons nous prendre en charge politiquement. Nous devons faire de lui aujourd’hui un Mandela car, s’il y a aujourd’hui une référence sur la lutte pour la restauration démocratique en Afrique, ce n’est personne d’autre que Wade ». Pour lui « Me Wade a le droit de venir ici, dans son pays. Il y a aucune accusation portée contre lui » même s’il ne partage pas « la procédure de sa venue et de son but ».

En ce qui concerne Karim Wade, Boubacar Bâ estime qu’il « avait des responsabilités dans ce pays. Les Sénégalais observent, écoutent ». « Si les procédures normales sont respectées qu’il apporte ses preuves, mais nous sommes là aussi pour faire respecter le droit. Et Karim a fait ses preuves dans certains secteurs. Mais je ne suis pas aussi son défenseur, seulement je dis ce que j’ai constaté par rapport à sa convocation » a précisé M. Bâ. Par ailleurs, pour ce qui est de l’emploi des jeunes, Boubacar Bâ n’a pas encore senti les réalisations de l’Agence des jeunes pour l’emploi (Ajep), que dirige Pape Ndong, dans la banlieue, . Pis, il avoue ne pas être rassuré par le profil de son successeur.

REWMI.COM/NFG