ABUS DE CONFIANCE ET ESCROQUERIE  Une ancienne député poursuivie pour détournement de plus de 60 millions F Cfa

  • Category : SOCIETE
  • By : moussa keita
  • Date : 22 juin 2016

Ancienne député, Fadiop Guèye Sall a comparu, hier, devant la barre de la Cour d’appel. Il résulte de l’information que la dame, alors coordinatrice de “Hunger Project Sénégal” avait détourné des fonds qui étaient destinés au Projet initiative pour le développement et la promotion économique de l’agriculture africaine.

L’affaire de l’ancienne député, Fadiop Guèye Sall, est loin de connaître son épilogue. Condamnée à 6 mois de prison ferme, en première instance, pour abus de confiance et escroquerie portant sur plus de 60 millions F Cfa, son dossier a été encore rejugé, hier, devant la barre de la barre de la Cour d’appel. En effet, il résulte de l’information des charges suffisantes contre Fadiop Guèye Sall d’avoir courant années 1999-2000 reçu des fonds à titre de mandat, omis après simple mise en demeure de restituer 60.557.956 francs ou d’en faire un usage déterminé. Sur ce, elle a été inculpée pour escroquerie. Tout a commencé avec le rapport de l’audit fait par James Alexander Diatta. Dans ce rapport d’audit couvrant la période du 1 janvier au 31 juillet 2001, effectué à la demande de Hunger Project Sénégal, l’on note que des fonds destinés au Projet initiative pour le développement et la promotion économique de l’agriculture africaine (IPEAA) ont été détournés. L’auditeur a relevé l’existence de conflits d’intérêt entre Fadiop Guèye Sall, la coordinatrice du programme et la conduite du programme IPEAA Sénégal, la non-transparence des retraits de fonds du programme et leur destination, l’inexistence d’une comptabilité et pour finir, le non-respect des engagements pris auprès des partenaires. Il est également constant que le 20 février 2001, la dame a rédigé une note adressée au directeur de la Caisse nationale de crédit du Sénégal dans laquelle elle demandait qu’on prenne en considération le fait que le compte n°020 7431.02 du groupement des femmes de la zone de MPAL qui avait comme signataire Yacine Diallo et elle, ait comme seul et unique signataire Fadiop Guèye Sall, coordinatrice nationale “ The Hunger Project/IPEAA”.

Entendue, la mise en cause a réfuté les faits déclarant que le principe de la double signature avait été décidé par une Assemblée générale composée des présidentes du groupement des femmes bénéficiaires des financements. Selon elle, la modification apportée dans la procédure de gestion du portefeuille obéissait simplement à une volonté de rationalisation des finances et ne constituant nullement pour elle, un moyen de s’enrichir indûment au détriment de l’Ong. Poursuivant, elle a déclaré qu’elle n’a jamais été informée d’un audit portant sur sa gestion et que c’est seulement devant le magistrat instructeur qu’elle fut informée des résultats de cet audit révélant un manquant de plus de 60 millions de nos francs.

Devant la cour d’appel, hier, la dame a continué de nier les faits. Ceci a amené le maître des poursuites de demander l’application de la loi. Selon l’avocat de la partie civile, la dame a fait des manœuvres frauduleuses et elle est incapable de dire le montant global qu’elle a retiré à la banque. Sur ce, Me Sèye a demandé l’infirmation de la peine. Il demande aussi au tribunal d’ordonner à la dame de restituer les 60 millions et de verser 20 millions à titre de dommages et intérêts que la dame et la banque payeront solidairement. Pour sa part, l’avocat de la banque estime l’ordonnance de renvoi ne concerne que la prévenue. Aucun responsable de la banque Cncas n’a été convoqué. C’est pourquoi, déclare la robe noire, l’appel en cause de la partie civile est irrecevable.

Il faut dire que les avocats de la prévenue ont plaidé pour la confirmation du deuxième jugement, c’est-à-dire la relaxe pure et simple. L’affaire est mise en délibéré pour le 12 juillet prochain.

 Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15