images

ABUS DE CONFIANCE M. Mbengue détourne les 5 millions F Cfa de son oncle pour rejoindre son fiancé homosexuel en Belgique

 

Recruté en qualité de comptable par son oncle, M. Mbengue a détourné les 5 millions F Cfa de ce dernier pour prendre le vol. Interrogé, il a révélé aux enquêteurs qu’il a détourné ladite somme pour confectionner un passeport et ensuite rejoindre son fiancé homosexuel établi en Belgique.

Chef d’entreprise de son état, I. Mbengue a attrait son neveu, hier, à la barre du Tribunal des flagrants délits pour abus de confiance portant sur plus de 5 millions F Cfa. Dans le procès-verbal d’enquête, l’on nous indique que les faits se sont déroulés le vendredi 22 janvier dernier. Ce jour-là,  I. Mbengue, patron de l’entreprise, a remis la somme de 5.150.000 F Cfa (chiffre d’affaires de la semaine) à son neveu M. Mbengue, par ailleurs, comptable de ladite société pour la déposer à la banque. Quelque temps après, le patron a appelé son comptable pour lui demander les reçus de versement. « Il a promis de me les amener lundi, en vain. Pis, il reste injoignable et introuvable. C’est ainsi que j’ai porté plainte contre lui », a déclaré I. Mbengue aux limiers. Interrogé, M. Mbengue a reconnu sans ambages les faits devant les enquêteurs et hier, aussi, devant la barre du Tribunal des flagrants délits. À l’en croire, alors qu’il était en train de dormir dans son appartement, il a été réveillé par les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic). Dans les locaux de la Dic, il explique : « Dans la journée du vendredi 22 janvier 2016, mon oncle I. Mbengue m’avait remis la somme de 5 millions 150 mille pour la déposer dans le compte de son entreprise ouvert dans les livres de la Cncas. C’est au moment où j’étais à la banque pour effectuer ladite transaction que j’ai reçu un appel téléphonique d’un ami répondant au nom de I. Tall ». Au bout du fil, le mis en cause a parlé à I. Tall de l’objet de sa présence à la banque. Sur ces entrefaites, le sieur Tall lui a fait comprendre qu’il connaissait un marabout résidant à Kaolack, sans autres précisions, qui pourrait l’aider à dissiper lesdits fonds sans aucune conséquence.

Sur son insistance, renseigne le prévenu, il a cédé à sa proposition. « Ainsi, Tall m’a demandé de remettre au marabout 250.000 francs et 50.000 francs pour les besoins de son déplacement », soutient-il. Non sans savoir que le nommé I. Tall a remis ladite somme à son supposé marabout. Outre I. Tall, les juges ont voulu savoir comment le mis en cause a utilisé l’argent qu’il a détourné. « J’ai utilisé cet argent pour louer un appartement à la cité Keur Gorgui, confectionner un passeport, acheter de la nourriture, etc. Par ailleurs, j’ai eu l’idée de me rendre en Belgique pour rejoindre mon fiancé homosexuel du nom de Jean avec qui je sors depuis plus de 2 ans suite à mes fréquentations dans les boîtes de nuit », soutient-il. Et de renchérir : « Je pense qu’il doit rester la somme de 3.500.000 francs que j’ai gardés dans mon compte personnel ».

Poursuivi pour complicité d’abus de confiance, I. Tall a reconnu lui aussi les faits. Il a déclaré avoir effectivement remis 200.000 francs au marabout avant d’encaisser 50.000 francs. Invité à faire ses réquisitions dans cette affaire, le maître des poursuites a soutenu que ce sont les prévenus eux-mêmes qui ont reconnu les faits. Sur ce, il a requis une peine d’emprisonnement d’un an dont 6 mois ferme à l’encontre de M. Mbengue pour abus de confiance et un an dont 3 mois ferme contre I. Tall pour complicité de ce chef. Pour sa part, la défense a plaidé pour une application bienveillante de la loi pour M. Mbengue arguant que son oncle s’est désisté. Pour I. Tall, la défense a indiqué que ce dernier a restitué la somme. Sur ce, elle a demandé la clémence. En rendant sa décision, le juge les a condamnés à une peine de 6 mois assortis du sursis.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …