Accueil / FAITS DIVERS / Abus de confiance- Roka Business attrait son agent commercial à la barre

Abus de confiance- Roka Business attrait son agent commercial à la barre

 Agent commercial de son état, Khady Diagne Cissé a été attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar par son employeur, pour avoir dissimulé la somme de 3.895.000 francs. Le procureur a requis une peine d’emprisonnement de 3 mois. Le verdict sera rendu demain vendredi.

La prévenue Khady Diagne Cissé risque 3 mois de prison ferme, si le tribunal suit le réquisitoire du procureur de la République. Les faits se sont déroulés entre juillet et août 2014. En effet, la dame Cissé, agent commercial à la société Roka Business, avait reçu de son employeur de la marchandise (des cigarettes) qu’elle devait fournir à des grossistes et semi-grossistes. Selon le plaignant, Khady Diagne Cissé a dissimulé 3.895.000 francs Cfa, constituant le prix global du produit vendu. «Nous avons constaté un manquant de plus de 3 millions. Ainsi, a-t-on demandé à la dame Cissé si les fournisseurs ont eu à payer les produits à eux livrés. Elle répondra par la négative, arguant que cet argent était entre les mains des grossistes», a déclaré Lucien, le plaignant, selon qui, ses investigations lui permettront de se rendre compte que tous les grossistes avaient payé. Ainsi, une plainte a-t-elle été déposée contre l’agent commercial pour retrouver ledit argent. Face aux limiers, la mise en cause maintint avoir données les marchandises aux boutiquiers qui n’avaient pas payé. A la barre du tribunal, hier, elle virera à 90 degrés.

La partie civile réclame 5 millions

«Je reconnais avoir reçu des marchandises de la société Roka Business, comme mentionné sur le bon de stockage. Cependant, j’ai remboursé l’intégralité de l’argent et je ne leur dois absolument rien», a déclaré la prévenue. Avait-elle un papier en attestant ? Elle répliquera au juge que la société travaille dans l’informel. «On ne me demandait pas toujours de signer, lorsque je remettais de l’argent à la société, parce qu’on travaille dans l’informel. Aussi, n’avais-je aucun droit de regard sur les sommes que je versais», a-t-elle précisé. Dans sa plaidoirie, Me Sow, avocat de la partie civile, a balayé d’un revers de main les allégations de la prévenue. «Aucun versement n’a été relevé, alors qu’il y’avait un contrat de mandat entre les deux parties. La dame a récupéré tout l’argent, sans le reverser à la société. C’est pourquoi, nous demandons au tribunal d’accepter notre constitution de partie civile dans cette affaire et d’ordonner à la prévenue de nous allouer la somme de 5 millions pour préjudice causé», dit la robe noire. Le procureur abondera dans le même sens, requérant 3 mois d’emprisonnement ferme. Pourtant, la défense est convaincue que sa cliente a eu à rembourser l’intégralité de l’argent. «Il n’y a aucune preuve comptable dans cette affaire. Mais ce qui est constant, c’est que la prévenue a eu à verser l’argent à la femme de son employeur qui était également de la société», dira le conseil de la prévenue qui demandera sa relaxe pure et simple. L’affaire est mise en délibéré pour demain vendredi.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Trafic de migrants : Trois passeurs sénégalais tombe en Argentine

La police Argentine a annoncé l’arrestation de trois sénégalais supposés appartenir à un réseau criminel …

200 kg de “yamba” saisis à Kaolack

Les éléments de la Subdivision des Douanes de Kaolack ont saisi 200 kg de chanvre …