téléchargement

Accidents de la circulation  Taxis, « cars-rapide », « Ndiaga Ndiaye » et bus Tata, champions de la tuerie

La journée mondiale du Souvenir des victimes de la route a été célébrée, hier, à la place du souvenir de Dakar. Il ressort de cette rencontre que les conducteurs de taxis et autres transports en commun constituent une partie importante des accidents corporels.
Venu représenter Élimane KANE, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Jules Aubin Sagna Secrétaire général dudit ministère a fait des révélations sur les accidents de la circulation. « En effet, selon le rapport de la situation sur la sécurité routière dans le monde en 2015, de l’OMS, la région africaine enregistre le taux de mortalité dû aux accidents de la circulation le plus élevé avec 26%. Au Sénégal, l’on a dénombré 518 décès en 2014, sans compter le nombre de personnes qui sortent des accidents de la route avec une invalidité », souligne-t-il. À noter que ceux qui payent le plus lourd tribut de ces accidents sont les adolescents. « Au Sénégal, on a dénombré 518 décès en 2014 sans compter le nombre de personnes qui sortent des accidents de la route avec une invalidité. 77,8% des morts sur la route ont entre 15 et 19 ans, 35,2% des personnes décédées ont entre 30 et 44 ans. Ces statistiques montrent à suffisance le cout social et économique qu’entrainent les accidents de la route, puisque les plus touchés sont les pères et mères de famille en pleine activité », ajoute-t-il.
Le ministère a identifié la frange de conducteurs souvent victimes des accidents. « Les conducteurs de taxis et de transports en commun, qui constituent une partie importante des chauffeurs professionnels, sont impliqués à hauteur de 40% dans les accidents corporels. Les passagers, toutes catégories confondues, représentent 48% des tués, 47% des blessés graves et 44 % des blessés légers pour la période de 2000 à 2010, soit plus au total de 22.000 personnes touchées », renseigne-t-il.
Face à ce fléau, beaucoup de mesures ont été prises par le Gouvernement du Sénégal. Selon le représentent du ministre, « la mise en place prochaine d’une application audiovisuelle pour l’évaluation des candidats à l’examen du permis de conduire ; la sécurisation et la numérisation des titres de transport ; l’amélioration du système de collecte des informations ». L’ong Laser, principale organisatrice de cette journée, compte mettre l’accent sur la sensibilisation et la formation des usagers. « Nous avons, à ce jour, formé plus de 15.000 enfants sur les leçons de civisme à partager sur la route, qui sont les futurs conducteurs de demain. Il est important que ces enfants soient formés et sensibilisés », indique Ndèye Awa Sarr, chef de la Cellule de Communication de l’AGEROUTE, par ailleurs, présidente Bénévole de l’Ong Laser International. La présidente exhorte les conducteurs à la prudence au volant.

Ibrahima Khalil DIEME

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …