Accueil / ACTUALITES / Accidents du travail, maladies professionnelles : La prévention pour limiter les dégâts

Accidents du travail, maladies professionnelles : La prévention pour limiter les dégâts

Les professionnels de la sécurité sociale misent sur la prévention pour éviter les accidents du travail et les maladies professionnelles. La sensibilisation sera privilégiée.
C’est parti. La campagne de communication/sensibilisation à la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles en Afrique sub-saharienne francophone a été lancée, avant-hier, par le directeur exécutif du Bureau international du travail (Bit), Assane Diop. L’initiative de cette action émane de l’Interafricaine de la prévention des risques professionnels (Iaprp) dont le Sénégal assure la présidence, le Bit et la commission spéciale de prévention de l’Association internationale de la sécurité sociale (Aiss).

Elle est destinée à développer une culture de prévention des risques professionnels, ainsi que l’explique Assane Diop. ‘Nous cherchons à favoriser le développement d’une culture de prévention des risques professionnels en Afrique Sub-Saharienne francophone pour servir de modèle à partager par tous les partenaires concernés et cela de façon durable. Nous voulons aussi soutenir les activités transversales de l’Iaprp et les actions de prévention des risques professionnels à chaque pays membre, et plus largement dans l’ensemble de la région couverte par la campagne’, a-t-il signalé.

Selon ce haut fonctionnaire du Bit, deux grands secteurs d’activité sont choisis. Il s’agit, cite-t-il, du bâtiment (travaux publics) et l’agriculture. Secteurs qui, selon Assane Diop, par ailleurs ancien ministre sénégalais du Travail et de la Fonction publique, offrent la possibilité d’aborder à la fois les risques d’accident du travail et des maladies professionnels.

Pour atteindre les objectifs de la campagne, beaucoup d’actions sont envisagées. La première consistera à véhiculer les messages de prévention dans les entreprises aussi bien dans le secteur formel que dans celui dit informel.

En deuxième lieu, il s’agira de toucher le grand public, y compris les familles des travailleurs en soulignant dans les messages l’impact des accidents du travail et les maladies professionnelles, non seulement sur les entreprises et le développement, mais aussi sur les conséquences souvent dramatiques personnelles mais aussi familiales (pertes de revenus, pertes d’emploi, etc).

Il est aussi prévu comme action d’impliquer les différents acteurs de l’entreprise pour qu’ils relayent les principaux messages de la campagne. Tout comme il est question de faire la promotion des bonnes pratiques pour mettre en évidence les conseils des professionnels ou de santé publique. Les médias ne sont pas en reste puisqu’ils sont considérés comme les relais de la campagne. Prévue pour une période de cinq ans, cette campagne sera évaluée dans deux ans.

Le Bit estime à près de 346 000 les décès survenus dans le monde en 2002.

D’après la même source, ceux-ci sont très inégalement répartis selon les régions du monde. Si l’Europe représente environ 15% des emplois dans le monde, elle compte pour 8% dans le nombre des accidents mortels, alors que l’Afrique qui représente 2% des emplois, comptabilise à elle seule 18% des accidents mortels. Et malgré les efforts constants déployés par les acteurs concernés, le nombre des accidents du travail et des maladies professionnelles demeure préoccupant, tant en terme de souffrance humaine que de coût économique pour les entreprises et la société, selon le Bit.

Mais ces chiffres alarmants n’ont pas attiré l’attention des populations sur la gravité de ces accidents. ‘Les chiffres des accidents du travail, leurs conséquences humaines et économiques mobilisent peu les populations. La simple idée qu’il soit possible de les prévenir est peu répandue, y compris la population la plus concernée, à savoir la population active elle-même’, a fait remarquer le directeur exécutif du Bit. Comme explication à cet obstacle, il a été noté le défaut de l’insuffisance de moyens financiers et humains.

Pour la réussite de cette campagne, la collaboration de tous est souhaité. Les organisations patronales et syndicales sont invités à jouer leur partition.


À voir aussi

Gamou 2018: Les recommandations de Serigne Mbaye Sy Mansour…

Le  khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, a invité lundi, à Tivaouane, la …

Crise financière à l’Isra: La Direction générale dément l’Intersyndicale

Suite à la sortie de l’intersyndicale de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), alertant sur …