Accueil / ECONOMIE / Accord gazier entre le Sénégal et la Mauritanie ‘’Macky est parti à Nouakchott en position de faiblesse’’, selon Tekki

Accord gazier entre le Sénégal et la Mauritanie ‘’Macky est parti à Nouakchott en position de faiblesse’’, selon Tekki

La polémique sur l’accord signé le 9 février entre la Mauritanie et le Sénégal, pour l’exploitation du champ gazier offshore de «Grand Tortue-Ahmeyim» (GTA) de 450 milliards de mètres cubes à partir de 2021 à cheval sur leur frontière commune, est loin de s’estomper.

Le Président Macky, répondant à Idrissa Seck qui lui demandait de publier les détails de l’accord signé, a soutenu que cet accord ne peut pas être étalé sur la place publique parce que n’ayant pas encore été promulguée par les instances habilitées. Faux, rétorque le député Mamadou Lamine Keita. Dans ses Rubriques hebdomadaires, Questekki, le président de Tekki soutient que la constitution et le code de transparence des finances publiques obligent le Gouvernement à  publier le contrat de partage de production du gaz de Saint-Louis et Kayar. Il a révélé, par ailleurs, que le Président de l’APR/BBY est allé négocier  en position de faiblesse en Mauritanie. ‘’Il faut être naïf pour penser que le Président Aziz ne dispose pas du dossier de Petro-Tim et Timis Corporation’’, a-t-il souligné. Non sans préciser que ce n’est pas par hasard que le Président Aziz ait accueilli le Président Macky Sall dans une tenue bien touareg. Il nous apprend que l’on ne signe pas un contrat bilatéral engageant le Sénégal et son avenir à l’étranger. ‘’Macky Sall, le féru de diplomatie économique, ne doit pas l’ignorer. S’il est parti à Nouakchott, c’est qu’il était en position de faiblesse’’, ressasse-t-il. ‘’Dans ce dossier, précise-t-il, même si les recherches ont débuté en Mauritanie, le réservoir de gaz se trouverait en territoire sénégalais.’’ ‘’C’est la raison pour laquelle Kosmos est venue au Sénégal’’, a souligné Mamadou Lamine Diallo. Qui se demande si le Sénégal a signé un partage fifty-fifty avec la Mauritanie ?  En tous cas, à son avis, Il semble bien que ce n’est pas à l’avantage du Sénégal, vu ‘’la nervosité du régime.’’ A l’en croire, la transparence dans la gestion des ressources naturelles, qui figure dans la constitution, ne signifie pas un compte rendu lapidaire devant des ministres apeurés en Conseil des Ministres d’un voyage en Mauritanie.

Mouhamadou BA

À voir aussi

PME: 250 millions de FCFA du  PAD pour favoriser les exportations   

Le Port autonome de Dakar (PAD) mettra sur la table 250 millions de FCFA l’année prochaine pour …

Autosuffisance en riz: Les acteurs font le  point

« Des acteurs venus du Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, des partenaires techniques et …