Accueil / ECONOMIE / Accords de partenariat économique : Pas d’urgence !

Accords de partenariat économique : Pas d’urgence !

Au 1er janvier 2008, les Accords de partenariat économique entre l’Union européenne et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Acp) devront impérativement être signés. La date butoir a été fixée par les pays de l’Union européenne, menaçant ainsi ‘76 des pays les plus pauvres au monde de réduire leur accès au marché de l’Ue’, dénonce la Coalition de la société civile du Sénégal. A travers une compilation de documents, réalisée par l’Ong Twn Africa et Oxfam International, les acteurs de la société civile expliquent que ‘la commission européenne a menacé 76 des pays les plus pauvres au monde de réduire leur accès au marché de l’Ue s’ils ne signent pas les nouveaux accords commerciaux’.

source : Walf fdjri
Seulement, aux yeux de la société civile, ces menaces ne sont pas justifiées, parce que ‘si les pays d’Acp ne sont pas prêts à signer d’ici à la fin de l’année, l’Ue pourrait continuer à leur accorder un haut niveau d’accès au marché (…) sans violer les règles de l’Organisation mondiale du commerce’. Mieux, ‘ce niveau d’accès au marché serait également compatible avec leurs besoins en matière de développement’, soutiennent les défenseurs d’un commerce équitable, regrettant que l’Ue se cramponne à refuser recours à toutes autres solutions, si ce n’est la signature, au plus tard, au 31 décembre 2007, des accords de libre-échange.

La menace est d’autant plus sérieuse pour les économies des pays Acp que ‘l’Ue est le premier partenaire commercial de la plupart des pays Acp mais aussi, en tant qu’économie industrialisée avancée, elle est aussi un des concurrents les plus puissants à travers le monde’, fait remarquer le document qui souligne, par ailleurs, que ‘les propositions actuelles de la Commission européenne risquent de compromettre le développement’. Faisant que ‘les exportateurs commencent, avec l’approche de la date butoir, à s’inquiéter de la perspective d’être confrontés à des droits tarifaires élevés à l’entrée dans le marché européen’. Des inquiétudes auxquelles l’Ue semble n’avoir cure. Le document renseigne qu’elle ‘a les yeux rivés sur l’horloge, espérant qu’avec la montée de la pression, les pays Acp n’auront d’autre option que d’accepter leurs propositions’. Une certitude qui fait que ‘la commission européenne a refusé d’accepter nombre d’offres constructives posées sur la table par les pays Acp ou a omis de répondre à d’autres demandes, si elle n’a tardé à le faire’, accuse le document.

Selon les membres de la société civile, ‘les pressions en vue de la conclusion des accords de partenariat économique en décembre, probablement aux conditions de l’Ue, signifierait l’abandon par les pays Acp de leurs propositions de développement’. Pire, ‘ce serait une injustice pour des millions de personnes dont l’avenir dépend de ces négociations’, se désolent les organisations de la société civile.


À voir aussi

Sécurisation de 25 marchés: La Senelec débloque 4 milliards

Le Directeur général de la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec), a effectué hier une …

Promovilles: 13,4 milliards pour Guédiawaye

Abdoulaye Daouda Diallo, Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, et Aliou Sall, …