téléchargement

ACCUSE DE VIOL SUIVI DE GROSSESSE SUR SON ELEVE Le test de paternité blanchit le prof d’histoire-géographie

Si cela ne tenait qu’aux rapports d’expertise, le professeur d’histoire-géographie serait déjà libre. Accusé de viol suivi de grossesse par son élève en classe de 6e, Thiombane a été blanchi par le test de paternité. Reste à savoir s’il sera aussi blanchi par le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar qui, va rendre sa décision le 14 juin prochain.

Les faits se sont déroulés au Cem Pikine Est. Selon la victime, une élève en classe de 6e, le sieur Thiombane est son professeur d’histoire-géographie depuis le mois d’octobre 2014. Cependant, explique-t-elle, un jour alors qu’elle rangeait ses bagages pour aller rejoindre ses camarades dans la récréation, elle a été retenue dans la salle par son professeur. “ Nous étions dans les jours suivants le Maouloud 2015 et j’assistais à son cours. Ce jour-là à 10 heures, heure de la récréation, j’étais seule dans la salle en train de ranger mes bagages pour regagner la cour de récréation”, a-t-elle dit. Avant de continuer : “ J’ai été retenu de force par mon professeur qui, venait de fermer la porte de la classe avant de me retenir en respect avec un couteau qu’il  avait extirpé de son sac. Ainsi, m’a-t-il intimé de me déshabiller ”. A en croire la fille, son professeur a commis son forfait avant d’ouvrir la porte de la classe. Cependant, elle ne pouvait pas marcher. Pis, elle était obligée de s’appuyer sur les murs pour pouvoir  rentrer. “ Je ne pouvais pas crier parce qu’il m’a menacé avec un couteau. J’ai jamais couché avec personne c’est lui mon premier homme et c’est lui qui m’a  violé”, a insisté la victime. Elle sera réconfortée dans ses dénégations par sa mère qui, a déclaré qu’elle a été surprise de constater que, depuis certains temps, sa fille ne prenait plus gout aux plats qu’elles préparaient  habituellement. “ Je lui ai demandé de quoi elle souffrait mais elle m’a fait savoir qu’elle se portait bien. Cependant un jour, j’ai saisi une occasion pour lui intimer l’ordre de se déshabiller enfin de me permettre de l’examiner. Sur ce, je l’ai vu fondre en larmes avant de m’expliquer ce qui s’est réellement passé”.

“ Un certificat médical a également attesté que la jeune demoiselle a subi d’une défloraison de l’hymen avant les faits ”

Pour sa part, le professeur Thiombane est, depuis l’enquête préliminaire jusqu’à la barre du tribunal, hier, est resté constant dans ses propos. Selon lui, il n’est pas l’auteur des faits dont il est poursuivi. “ Je ne peux pas être l’auteur de ce viol suivi de grossesse parce que je dispense des cours au niveau de quatre classes à raison de 16 heures de cours par semaine. Au plan syndical, je me suis affilé  au Saems-Cusems depuis ma prise de service au Cem Pikine Est le 13 janvier 2015. Alors que la fille a indiqué que je suis son professeur depuis le début d’année scolaire 2014 ”, s’est-il défendu. Pour mémoire, le professeur avait nié les faits en première instance. Ceci avait permis au tribunal de renvoyer à 20 reprises le dossier pour ordonner le test de paternité dont le résultat a fini par blanchir le professeur de français. Ce document a révélé que Thiombane n’est  pas le père biologique de l’enfant  que porte la fille. Un certificat médical établi par un gynéco en service à l’hôpital Roi Beaudoin de Guédiawaye a également attesté que la jeune demoiselle a subi d’une défloraison ancienne de l’hymen c’est-à-dire avant les faits. Malgré  ces éléments de preuve, l’avocat de la partie civile a réclamé la somme de 10 millions de frs Cfa. Pendant ce temps, le ministère public a requis l’application de la loi. De leur côté, les avocats de la défense se sont indignés du comportement de leur confrère de la partie civile. A les croire, la partie civile a fourni une partie du rapport d’expertise pour tromper l’assistance. C’est la raison pour laquelle, la défense a demandé à  ce que leur client soit rétabli dans ses droits et que sa dignité soit restitué. Finalement, l’affaire est mise en délibéré pour le 14 juin prochain.

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …