Accueil / SOCIETE / Accusé d’exproprier des terres à Malika, le maire n’écarte pas de saisir la justice

Accusé d’exproprier des terres à Malika, le maire n’écarte pas de saisir la justice

 Après la sortie collectif des habitants de Malika et de Tivaouane Peulh l’accusant d’expropriation des terres,  Momar Talla Gadiaga, maire de la commune, compte saisir la justice, après concertation avec les professionnels en droit.

Selon Momar Talla Gadiaga, maire de Malika, il ne s’agit nullement de bradage des terres, mais de l’interdiction d’extradition des terres de Malika par le promoteur du nom de Ndiogou Sow. «Ce dernier n’a rien trouvé de mieux que de monter des jeunes Malikois. Nous défendons la cause des populations de Malika. Aucun terrain n’a pu être vendu par la mairie. C’est un arrêt d’extradition des terres d’autrui qui a été annoncé», a clarifié l’édile qui dit avoir soumis la question aux spécialistes en droit, dont il attend les conclusions pour ester en justice, s’il y a lieu. Poursuivant, il qualifie la sortie des jeunes de Malika de détournement d’objectif. «Je n’exclus pas de parler des lotissements, pour situer les responsabilités, mais à l’heure actuelle, c’est l’arrêt de l’extradition de sable qui est à l’origine de cette situation. Les jeunes m’ont interpelé par rapport à leurs terrains vendus et je ne pouvais faire que les calmer, les exhortant à attendre que la solution administrative soit vidée. Mais, les populations étaient déterminées à réclamer ce qui leur revient de droit. C’est à ce moment que le préfet a sorti son arrêté interdisant à Ndogou Sow d’exploiter le sable de Malika», dira le maire, documents administratifs distribués à la presse, à l’appui. Il s’agit de la lettre qu’il avait adressée à la sous-préfecture de l’arrondissement des Niayes, pour faire part du bradage des terres dont Malika est victime, de la réponse sous-préfectorale, indiquant que seuls les services des eaux et forêts sont habilités à prendre des décisions du genre. «Ndiogou Sow invente un collectif pour leurrer l’opinion. C’est un aventurier et il a utilisé le système d’un ravisseur, en emportant, lors de sa fuite, une partie des populations
de Malika. Ces otages vont être sensibilisés et récupérés. Ndiogou Sow ne peut rien donné aux populations de Malika où il n’a fait que 4 ans, alors que les terres de Malika ont leurs propriétaires depuis plus de deux siècles. Ce sont des domaines privés que personne n’a le droit de brader illégalement», a martelé l’édile, étouffant de colère.

Sada MBODJ

À voir aussi

USINE ATLANTIK SEA FOOD Les travailleurs racontent leur calvaire

Après nos révélations sur la gestion de l’usine Atlantik Sea Food,  jamais démenties d’ailleurs par …