Accueil / Education / Les acquis et les contreperformances évalués

Les acquis et les contreperformances évalués

Les acteurs de la communauté éducative se réunissent aujourd’hui, mardi 10 avril, sur les acquis et les contreperformances du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (Paquet)

Déjà empêtrés dans la gestion de la crise scolaire marquée par un échec des négociations, les acteurs du système éducatif, notamment le gouvernement, les partenaires sociaux, techniques et financiers se retrouvent tout de même aujourd’hui, mardi 10 avril, dans un hôtel de la place, pour évaluer la mise en œuvre du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (Paquet) 2017/ 2018.  Cette évaluation du référentiel de la politique éducative pour la période 2013-2025, est un moment de faire une appréciation sur les enseignements-apprentissages.

« Il ne s’entend pas au sens de faire le solde entre le positif et le négatif. C’est-à-dire une « balance » entre les acquis et les contreperformances pour chacun des indicateurs », avait déclaré le ministère de l’éducation nationale, Serigne Mbaye Thiam, à l’occasion de la phase 1 du Paquet. Toujours est-il que les indicateurs ont montré que la 1ère phase du Paquet est un échec cuisant.
Les investissements financiers et humains ne sont pas à la hauteur des résultats des examens nationaux et des statistiques fournies par le rapport d’évaluation de la phase 1 Paquet.

La défunte année scolaire, 2016/2017, a été une année de déception, de par les mauvais résultats enregistrés.  Le taux de réussite du Bac a connu une chute de 5 points avec 31,6% en 2017 contre 36,6% en 2016, tout comme les examens du Certificat de fin d’étude élémentaire (Cfee) et le Bfem qui ont respectivement enregistré 45% en 2017 contre 54% en 2016 et 56% en 2017 contre 58% en 2016. Pour un budget annuel de 402 milliards FCfa, l’école a obtenu 70% d’échec dans le secondaire, 55% dans le moyen et 44% dans l’élémentaire.

A l’aune de l’application des directives présidentielles sur les Assises nationales de l’éducation et de la formation, le secteur éducatif reste toujours à l’agonie. Le taux d’abandon, de redoublement et d’achèvement constitue des résultats de contreperformances, lit-on dans la première évaluation du Paquet.

Au niveau de l’élémentaire, le taux d’abandon est passé de 7,70% en 2013 à 9,80% en 2015. Le taux de redoublement est passé de 3% en 2013 à 2,79% en 2014 avant d’atteindre 3,90% en 2015. Au niveau du Moyen, le taux d’abandon connait une hausse de 2,4 points par rapport à l’année de référence – 2012 et 2015 – (11,50% contre 9,10%).  Le taux de redoublement dans le secondaire général a connu une hausse de 4,1 points % en 2012 et 2015 (19,50% contre 23,60%) et une hausse régulière durant toute la phase (21,90% en 2013, 23,10% en 2014 et 23,60% en 2015). Ces données relevées peuvent ne pas être objectivement indiquées, car, indique l’équipe technique du rapport avec l’accompagnement d’un consultant, sur un ensemble de 259 indicateurs retenus par la grille d’évaluation, environ 90 n’ont pas été renseignés. Face à ces contreperformances, les acteurs avaient proposé de (re)contextualiser le Paquet, pour relever les défis relatifs à la qualité des apprentissages, à l’équité.

Pour ce qui est des facteurs de qualité, le gouvernement a lancé en fin mars les travaux du premier lot du Programme «zéro abri provisoire». Cette initiative d’un coût global de près de 125 milliards de francs Cfa, permettra la construction de 6369 salles de classe en remplacement d’abris provisoires, de 4701 blocs administratifs, 2498 blocs d’hygiène et 241 500 mètres linéaires de mur de clôture dans les CEM et lycées du pays.

Sud quotidien

À voir aussi

Année invalide à l’UGB pour 4 UFR !

Quatre UFR de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis vont reprendre l’année académique sans être considérés …

Bac 2018 : Les résultats en chiffres et le sort réservé aux fraudeurs

  Les résultats du baccalauréat 2018 ont connu une légère hausse, comparés à ceux de …