images (4)

ACTE 3 DE LA DÉCENTRALISATION À KÉDOUGOU- La FKA renforce les capacités des journalistes

L’Association des journalistes en régions frontalières (Ajrf), en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer (FKA), a organisé un atelier de formation dont le thème porte sur les innovations apportées par l’Acte 3 de la décentralisation. La rencontre qui a vu la participation des journalistes venus de Kolda, Tambacounda, Bakel, Saraya, Salémata et Kédougou a permis aux participants de se pencher sur les forces et faiblesses de cette nouvelle réforme territoriale. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le gouverneur de la région de Kédougou, William Manel.

« Les innovations apportées par l’Acte 3 de la décentralisation, forces et faiblesses ». C’est le thème du séminaire dont la rencontre a eu pour cadre la salle de conférence du centre d’accueil et de formation Thomas Sankara. Remerciant la FKA pour son soutien constant à la presse dans le cadre du renforcement de capacités et à la politique de décentralisation entreprise par le Sénégal depuis les indépendances, le gouverneur de la région de Kédougou, William Manel, s’est réjoui de l’heureuse initiative de l’Ajrf qui selon lui « œuvre pour la bonne marche du journalisme dans les régions frontalières ». Il reste convaincu que la fonction de journaliste ne doit pas simplement se limiter à la collecte, au traitement et à la diffusion de l’information. Le gouverneur de dire que « le journaliste est un acteur du développement ayant un rôle éminemment important d’éducation, de sensibilisation, de veille et d’alerte en tenant compte du voisin surtout en zones frontalières ».

Parlant de la pertinence du thème, l’exécutif régional est revenu sur les différentes réformes de 1972, 1996 et 2013 qui ont marqué les grandes étapes de la décentralisation au Sénégal.

À ce titre, il a énuméré les grandes innovations apportées par l’Acte 3 de la décentralisation. Il s’agit selon lui « de la suppression de la région en tant que Collectivité locale, l’érection du département en Collectivité locale, la communalisation intégrale, la création de deux ordres de Collectivités locales, la répartition des 9 domaines de compétence entre la commune et le département ». Autant d’innovations qui à ses yeux « conduiront le Sénégal vers l’émergence ».

Visiblement très satisfaite du choix du thème qui colle à l’actualité  et de la bonne organisation de l’atelier,  Mme Ute Bocandé, représentante résidente adjointe de la Fondation Konrad Adenauer chargée des programmes, a renouvelé ses remerciements appuyés à Mahamadou Lamine Barro, Secrétaire général de l’Ajrf et à « son équipe pour l’excellente coopération et la parfaite organisation de ce séminaire, à l’instar des manifestations précédentes ». Docteur Ute Bocandé, a fait un rappel historique de son institution qui a toujours accompagné le Sénégal dans ses différentes réformes de la décentralisation. En effet, renseigne-t-elle, « la Fondation Konrad Adenauer soutient l’État et la société sénégalaise depuis 1976, dans la dynamique d’une plus grande participation des citoyens à la marche de la cité ». Et de renchérir : « Jusqu’à aujourd’hui, avec nos partenaires dans le domaine de la décentralisation, nous contribuons efficacement à la formation des élus locaux qui de leur côté utilisent les connaissances acquises pour améliorer le fonctionnement de leurs localités et pour booster le développement de leurs Collectivités locales ». Dans ce cadre, poursuit-elle, « il faut surtout aussi souligner la responsabilité des journalistes dans  une bonne information des populations, car les textes de l’Acte 3 de la décentralisation ne sont pas toujours faciles à comprendre, d’où l’intérêt du thème choisi ».

Pour sa part, le Secrétaire général de l’Ajrf d’expliquer que « le choix du thème ne semble pas être fortuit, car l’examen de l’état des lieux a montré très clairement que le développement local a du mal à afficher son véritable essor, de l’indépendance à nos jours ». D’où un rôle fondamental des médias « dans la promotion de la réforme de l’Acte 3 de la décentralisation ».

D’imminents conférenciers, en l’occurrence, Abdou Sarr responsable du suivi-évaluation à l’Agence régionale de développement de Kédougou, le Sous-préfet de l’arrondissement de Bandafassi Mamadou Moustapha Thiandoum et le journaliste consultant par ailleurs directeur de publication de PressAfrik et président de l’Association des professionnels de la presse en ligne Ibrahima Lissa Faye, ont accompagné les journalistes durant ces deux jours de conclave.

Papis Nimbaly Barro

Voir aussi

telechargement-2

FINANCEMENTS DES FEMMES DE L’ÉMERGENCE L’Assemblée nationale adoube Moustapha Diop

  La démarche charrie beaucoup de commentaires de la part de ceux qui y voient …