Accueil / ECONOMIE / Activites extractives au Senegal La production portée à 26,7% par l’or et le phosphate

Activites extractives au Senegal La production portée à 26,7% par l’or et le phosphate

L’activité extractive est restée très dynamique, au quatrième trimestre 2017, se renforçant de 26,7% par rapport au trimestre précédent. Cette évolution a été particulièrement soutenue par l’exploitation aurifère et la production de phosphate. 

La production de l’or est passée de 2 411 kg à 3 193 kg, entre les derniers trimestres de 2017. Cette performance, explique la Direction de la prévention des études économiques (Dpee), reflète l’augmentation de 27% de la teneur en or du minerai, dans la phase 3 d’exploitation de la fosse de Gora. Pour sa part, l’extraction de phosphate est ressortie à 420 000 tonnes au quatrième, contre 361 000 tonnes un trimestre plus tôt, favorisée par l’utilisation des services de prestataires. Par ailleurs, un effet de rattrapage après la période hivernale, combiné à la volonté de compensation des pertes dues à la congestion au niveau du port autonome de Dakar, ont entrainé un accroissement trimestriel de 51,1% de la production d’attapulgite.

En revanche, s’établissant à 76606 tonnes  au quatrième trimestre, contre 60907 tonnes au trimestre précédent, la production de sel a été singulièrement contrainte par une baisse de la demande locale comme étrangère. En glissement annuel, les activités extractives se sont globalement confortées de 32,7%, durant le quatrième trimestre 2017, portées par l’or et le phosphate. Selon a source, les productions d’attapulgite et de sel se sont, par contre,  respectivement contractées de 14,4% et 3,6% sur la période. Au final, la croissance annuelle de la branche des extractives en 2017 s’est établie à 7,1%, la bonne orientation des productions d’or et de sel n’ayant été que partiellement contrebalancée par les replis respectifs de 13,9% et 4,2% des extractions de phosphate et d’attapulgite.

En effet, la production d’or a atteint 11 670 kg en 2017 contre 9 716 kg  un an auparavant, dépassant largement les prévisions de début d’année. Cette performance traduit une bonne exécution du plan de mine, avec, notamment, l’amélioration de la productivité dans les zones de Golouma ouest et de Kerekounda. A cela s’ajoute la découverte de minerais à teneur en or plus élevée dans les fosses de Gora, Golouma sud et ouest et Kerekounda. S’agissant du sel, l’année 2017 s’est soldée par un accroissement de 7,6% de la production, sous l’effet d’un renforcement de la demande locale et étrangère. A l’inverse, la baisse annuelle de la production de phosphate en 2017 est attribuable aux pannes récurrentes d’engins, les solutions apportées durant le quatrième trimestre n’ayant pas permis de rattraper les pertes des neuf premiers mois. Pour ce qui est de l’attapulgite, les problèmes de congestion au niveau du port ont principalement causé le recul de la production.

Zachari BADJI

À voir aussi

Ce le Pm Dionne demande aux experts-comptables

L’Ordre national des Experts-Comptables et Comptables agréés (ONECCA) du Sénégal, a depuis hier accueilli la …

Pauvreté dans le monde: Le taux devrait s’établir à 8,6% en 2018

Le taux mondial de pauvreté est tombé au niveau sans précédent de 10% en 2015, …