Accueil / SOCIETE / Affaire des 270 millions donnés à Cheikh Béthio Une simple opération médiatique

Affaire des 270 millions donnés à Cheikh Béthio Une simple opération médiatique

REWMI.COM-Cheikh Béthio Thioune et son entourage ont été manifestement surpris par la tournure prise par la cérémonie durant laquelle une de ses épouses lui aurait donné en guise « d’adiya », la bagatelle de 270 millions de nos francs. Une révélation qui a fait le tour des réseaux sociaux et qui a valu à la Présidente de l’Ofnac, Seynabou Ndiaye Diakhaté, de brandir la menace de l’auto-saisine pour y voir clair dans l’origine des fonds.

La réaction de la cellule de communication du Cheikh ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué rendu public hier, il a été mentionné que « La somme (270 millions de Francs CFA) est issue de la seule collecte effectuée par la Diawrigne Universelle Sokhna Aïda Thioune auprès des talibés et Daara du Cheikh, placés sous sa responsabilité ».

Une déclaration qui conforte l’idée que je me faisais de cette affaire dont j’avais rechigné à parler. Je disais déjà à des confrères qu’il s’agissait d’un simple coup médiatique destiné à entretenir davantage de mysticisme dans la démarche du Cheikh dont une simple épouse pouvait ainsi donner tant d’argent. Et c’était une façon subtile d’essayer à convaincre que les sommes d’argent qui gravitent autour de ce marabout sont faramineuses.

Malheureusement, l’opération avait été mal préparée. Ceux qui l’ont fait se sont inspirés de ceux qui faisaient du « battrer » (donner des sommes colossales à des artistes en exhibant les billets) durant les soirées du Grand-Théâtre ou de Sorano.

Certes, ils ont réussi leur coup en impressionnant quasiment tout le monde, mais ils ont aussi réussi à attirer l’attention de l’Ofnac. Car, ils ont été nombreux à avoir pensé que cette Dame était dans l’incapacité de rassembler et d’offrir une telle somme. Et les faits leur ont donné raison. La Cellule de communication a bien mentionné qu’il y avait méprise car la somme d’argent en question n’a pas été donnée par son épouse, mais collectée auprès des talibés. Si c’est le cas, pourquoi ne l’avoir pas dit tout de suite. C’est là que la stratégie de communication est entrée en jeu pour donner une idée du pouvoir gigantesque d’un marabout qui fait des choses au-dessus de la force de ses semblables.

D’ailleurs, ce n’est pas nouveau dans ces milieux. Lors des grands Magals, un cheptel est exhibé avec des chameaux, des bœufs, des bovins et autres volailles qui impressionnent les apôtres de la bonne alimentation et ils sont nombreux.

Malheureusement, l’opération a trop bien réussi, cette fois-ci au point d’attirer l’attention de l’Ofnac et de bien d’autres car ils ont été nombreux à penser à une tentative de blanchiment d’argent.

Sokhna Aïda Diallo a été ainsi instrumentalisée, elle qui était contente de montrer qu’elle a un pouvoir financier aussi puissant et  qu’elle le mettait à la disposition de son mari.

En tout état de cause, l’avertissement de l’Ofnac a ceci d’essentiel, qu’il montre aux Sénégalais qu’il n’est pas décent, par les temps qui courent, d’exhiber tant de liquidité dont la provenance est loin d’être connue.

Ceux qui s’agitent dans les milieux de la lutte, du spectacle et dans d’autres milieux, versent souvent dans l’ostentatoire, source de bien de frustrations.

Il est compréhensible que les Marabouts mettent à contribution leurs talibés pour organiser des manifestations religieuses, mais la pauvreté et l’incrédulité de nombre de citoyens ne doivent pas être exploitées à des fins de propagande religieuse.

L’incident des 270 millions, si jamais il est clos, devrait servir de leçon à la classe maraboutique et à ceux qui détiennent le pouvoir économique à être plus discrets dans leurs agissements, surtout s’agissant de la manipulation de sommes d’argent aussi importantes.

Assane Samb/Rewmi quotidien

À voir aussi

Promotion du genre EVE pour l’ascension des femmes dans les entreprises

L’ouverture de la première édition africaine du Programme EVE, s’est tenue à Dakar sous le …

Lutte contre la deforestation L’Etat et l’Uncefs accordent leurs violons

L’Union nationale des Coopératives des Exploitants Forestiers du Sénégal, (UNCEFS) compte appuyer l’Etat du Sénégal …