Accueil / FAITS DIVERS / Affaire « Dash » Plan: Comment les suspects ont été arrêtés

Affaire « Dash » Plan: Comment les suspects ont été arrêtés

« Dash Plan », le scandale des « filles faciles » dont les noms et numéros de téléphone, adresses et profils circulent sur les réseaux sociaux n’a pas livré tous ses secrets. Nous vous plongeons dans les coulisses de la procédure minutieusement gérée par l’équipe de la Division de lutte contre la cybercriminalité,  qui a procédé à l’arrestation des cinq jeunes. En effet, tout est  parti d’une dénonciation reçue par Mme Awa Ndiaye, Présidente de la Commission de Protection des Données Personnelles (CDP), le mercredi 21 novembre dernier. Notre source renseigne que la Présidente a aussitôt saisi le Procureur de la République Serigne Bassirou Guèye le même jour ainsi que le commissaire Pape Guèye, patron de la lutte contre la cybercriminalité de la Police, à qui la CDP a transmis le fichier qui contenait la liste des « filles faciles » publiées sur WhatsApp et Facebook et largement partagée à travers le Sénégal.  Dès la réception de la lettre de Me Awa Ndiaye, poursuit toujours notre source, le Procureur Serigne Bassirou Guèye activa l’équipe du commissaire Pape Guèye qui, depuis le Maroc où il se trouvait, déclencha l’enquête avec son équipe. Il a fallu trois jours d’investigations et d’utilisations des moyens technologiques sophistiqués de la Police pour mettre la main sur les prédateurs et bourreaux des filles.  Arrêtés le mardi 27 novembre, les suspects sont en garde-à-vue depuis hier pour les besoins de l’enquête qui n’a pas encore révélé tous les secrets et les ramifications de cette sordide affaire. D’ailleurs 06 jeunes, des mineurs, ont été interpellé hier avant d’être libérés.  Une conférence de presse est prévue dans les jours à venir par la CDP et la Division de lutte contre la cybercriminalité de la Police, pour revenir sur cette affaire et sur les autres qui ont récemment défrayé la chronique. D’après les premiers de l’enquête c’est une affaire de chantage à des fins financières. Le mode opératoire des mis en cause : ils récupéraient le nom et le numéro d’une fille formellement identifiée avant d’exposer la victime dans un groupe WhatsApp. La jeter en pâture, la harceler.

Cheikh Moussa Sarr

 

 

 

Cheikh Moussa SARR 

À voir aussi

AMADOU BA HOMME DE L’ANNEE 2018

Bis repetita ! L’homme de l’Année 2018, c’est Amadou Ba, Ministre de l’Economie et des Finances …

Dash Pan: Fortunes diverses pour les mis en cause

Les personnes citées dans l’affaire de la publication d’une liste de filles faciles dans les …